Esprit d’escalier

La poésie douce et absurde de Chema Madoz

C’est un collier de perles qui joue les nœuds de pendu. Une route en lacets qui devient fumée de cigarette, par le jeu des perspectives. Un œilleton sur un livre. Une canne rampe d’escalier. C’est la poésie douce et absurde de l’Espagnol Chema Madoz. Après une exposition aux dernières Rencontres d’Arles, les Editions Actes Sud publient cette ode aux faux-semblants. L’ouvrage est massif et les 300 images en noir et blanc se révèlent quelque peu répétitives, mais il y a de charmantes trouvailles, qui valent que l’on tourne les pages.

Chema Madoz: Angle de réflexion, Actes Sud, 24 x 34 cm, 458 p.