Des punaises infestent la Comédie de Genève. Elles s’infiltrent dans le velours des fauteuils, menacent le postérieur de l’abonné et espèrent ainsi, les odieuses, passer à la postérité. Dans le foyer de la maison du boulevard des Philosophes, deux comédiens alertent la foule, masquée – ça peut aider, en cas d’assaut impromptu de la vermine. Juchée sur une chaise, Marie-Madeleine Pasquier a des trémolos dans la voix: normal, elle s’exprime au nom de la division «santé et technique» de l’institution.

Lire aussi un article de blog: Alfonso Gomez: «Ma dernière soirée au boulevard des philosophes»