Il y a une année, «Le Temps» avait présenté un choix subjectif de leaders révélés par la crise du nouveau coronavirus. Parmi ces héros, des personnalités en pleine lumière et d’autres dans l’ombre, mais dont le rôle était crucial pour faire face à la pandémie. Que sont-elles devenues? Portrait de cinq d’entre elles ces jours-ci.

Episodes précédents:

Nom: Estelle Revaz. Profession: violoncelliste. Il y a une année, lorsque les milieux culturels vacillaient au bord d’un abysse aux profondeurs encore insondables, la Valaisanne d’origine était une concertiste talentueuse. Rien d’autre, et c’était déjà pas mal. Et voici que douze mois plus tard, au moment où une timide reprise des activités se profile enfin, elle est devenue, à 31 ans, un des visages de la lutte pour une meilleure reconnaissance des acteurs et actrices culturels.

Un combat qui, enfin, commence à se transformer en petites victoires. «Mais je reste avant tout violoncelliste», tient-elle à souligner. Elle a d’ailleurs amené son instrument pour la photo. «Je ne suis pas partisane, je me bats avec mon cœur pour des réalités qui sont les miennes, explique-t-elle. Je peux parler de la difficulté des démarches administratives car j’ai moi-même dû remplir les formulaires. Je vois concrètement où sont les problèmes.»