Making-of

Quand des étudiants en musique passent devant la caméra

Un journaliste du «Temps» a accompagné des élèves de la Haute Ecole de musique de Lausanne pendant un semestre. Il raconte les coulisses du projet

Quelle est la différence entre une guitare classique et une guitare folk? Comment faire de la musique électronique avec une contrebasse? La semaine dernière, Le Temps a lancé une série de vidéos en partenariat avec la Haute Ecole de musique de Lausanne (HEMU). Cinq étudiants du master en pédagogie sont passés devant la caméra pour transmettre leurs connaissances, dans le cadre d’un cours sur la médiation culturelle.

Retrouvez  tous les articles de notre page Hyperlien.

Un projet complexe à mettre sur pied. Ces vidéos sont le fruit de plusieurs mois de travail entre différents acteurs: Le Temps, l’HEMU, les enseignants et les étudiants. En tant que journaliste vidéo et musicien, j’ai été chargé d’accompagner les élèves dans le choix de leur sujet et la rédaction du script pour préparer le tournage. Avant l’ultime étape: le montage.

Penser au public

Lors de la présentation du projet, les étudiants ont fait part de leur enthousiasme. Les idées ne manquaient pas. La première partie de mon travail a consisté à les accompagner pour définir une thématique cohérente et visuelle. Certains étudiants voulaient s’interroger sur le sens de la créativité, d’autres voulaient présenter les différents types de timbres d’instruments en analysant les ondes sonores. Des propositions ont dû être repensées pour s’adresser au grand public.

L’audience doit être au centre du projet dès le début. Il a donc fallu établir avec précision ce qui allait être dit et filmé. Certains éléments narratifs ont demandé une grande attention pour obtenir une explication fluide et claire. Une fois ce travail effectué, il était temps de passer au tournage. Parler devant la caméra est un exercice qui demande de la concentration et du naturel.

Nouvelle casquette

Dans ce projet, j’ai dû porter une nouvelle casquette: celle d’enseignant. Je devais corriger les travaux, donner des avis positifs et négatifs pour que le résultat soit à la hauteur de nos attentes. Je me suis même surpris à courir derrière certains élèves qui ne respectaient pas les délais. Le processus était entièrement nouveau pour les musiciens. Ils n’avaient jamais dû écrire de script ou se mettre en scène devant la caméra. Ils ont relevé le défi avec brio.

Si Le Temps participe volontiers à des projets d'enseignement, reste la question de leur financement. Cette série a été réalisée «avec le soutien de» l’HEMU. Cette formule implique une discussion entre notre rédaction et le partenaire qui finance le projet. Point important: l’indépendance éditoriale du journal est préservée. Si ce n’est l’apparition de certains logos, le montage final n’a pas été retouché par l’école. Ce genre de démarche permet à notre journal de trouver de nouvelles sources de financement, de nouer des partenariats et de produire un contenu de qualité.

J’espère que les étudiants ont pu tirer des enseignements qui leur seront utiles dans leur carrière musicale. Un des participants, Joris Favre, a présenté Miros, un jeu de cartes pour apprendre la musique. L’émission musicale Paradiso, diffusée sur La Première, a présenté lundi son invention. Une belle manière de promouvoir son travail en dehors des murs de l’école.

Publicité