Passée quasiment inaperçue depuis son entrée en vigueur le 1er janvier dernier, la révision de la loi fédérale sur les cartels (LCart) recèle pourtant de quoi révolutionner l’économie suisse, avec des conséquences positives pour les consommateurs. A condition qu’elle soit connue et que les entreprises concernées n’hésitent pas à en faire usage. C’est le cas de Pascal Vandenberghe, directeur de Payot, qui après de longs mois de négociations inabouties auprès des grands groupes éditoriaux français vient de déposer une première plainte à la Commission de la concurrence (Comco) contre le groupe Madrigall, qui comprend notamment les maisons Gallimard et Flammarion.