Lunettes rondes, moustache à la Groucho Marx, regard pénétrant: on ne plaisantait pas avec le rigoureux docteur Pierre Decker (1892-1967), lui qui punissait ses élèves en leur tapant sur les doigts avec ses ciseaux de chirurgien. Pour les historiens, l’homme ne livre pas beaucoup d’aspérités; on ne lui connaît pas d’amours, si ce n’est celui de la Beauté. Au faîte de sa carrière, en 1957, il quitte, à la surprise générale, ses fonctions de professeur et son poste de directeur du service de chirurgie à l’Hôpital cantonal vaudois.

A voir aussi au Musée Jenisch: Marguerite Burnat-Provins, le périple d’une intranquille