«Presque tous les musées du monde devront probablement réduire leurs ressources et leurs activités en raison de la pandémie de Covid-19; 30% réduiront leur personnel permanent et 46% leurs collaborations avec les free-lances et autres titulaires de contrats temporaires», soulignait, fin novembre, le Conseil international des musées (ICOM) dans une enquête mondiale – Musées, professionnels des musées et Covid-19: enquête de suivie – qui faisait suite à un premier rapport, publié en mai, lorsque 95% des musées avaient dû fermer leurs portes au public au premier semestre.

Dans ce climat général d’incertitude sur l’avenir des musées, les rédacteurs insistent sur la nécessité d’une réaction des gouvernements pour sauvegarder ces institutions culturelles qui sont «une partie essentielle de l’identité des peuples». Les rapporteurs prennent toutefois le soin de signaler de profondes disparités d’un continent à l’autre, d’une région à l’autre. Si les questions de sécurité et de conservation du patrimoine ne semblent pas poser de problème pour 80% des responsables de musées interrogés, 15 à 20% des représentants de structures implantées en Afrique, en Amérique latine et dans les Caraïbes jugent, eux, la situation préoccupante et les mesures insuffisantes en la matière.