Vaud

Extraction d’hydrocarbures: les Verts vaudois pas satisfaits du projet de loi

Les Verts vaudois demandent au Grand Conseil de revoir le projet de loi du Conseil d’Etat sur les ressources du sous-sol. Sans quoi ils ne retireront pas leur initiative qui veut interdire toute extraction de gaz et de pétrole.

En juillet 2017, les Verts vaudois avaient déposé l’initiative «Pour un canton de Vaud sans extraction d’hydrocarbures». Un an plus tard, ils avertissent: «Peu de choses ont bougé, et ce qui a bougé ne nous satisfait pas», a déclaré lundi Alberto Mocchi, président du parti.

Lire aussi: Les Verts vaudois font le plein contre le gaz de schiste

Dans sa ligne de mire, la loi sur les ressources naturelles du sous-sol (LRNSS): ce contre-projet indirect présenté en début d’année par le gouvernement «ne va pas assez loin». L’article 4 interdit la fracturation hydraulique, mais «nous demandons une interdiction pure et simple de l’extraction hydrocarbures, quelle que soit la méthode», a expliqué Alberto Mocchi.

Des risques subsistent, quelle que soit la méthode utilisée

L’écologiste rappelle que le comité d’initiative a récolté facilement quelque 15 000 signatures, alors que 12 000 suffisaient. «Il y a un intérêt de la population pour cette thématique. Certains n’avaient jamais voté Verts», a-t-il ajouté.

Les hydrocarbures appartiennent au passé. Il faut avoir la sagesse de le dire et de les laisser là où ils sont, sans les exploiter

Benjamin Rudaz, doctorant en géosciences de l’environnement et coprésident des Verts lausannois

Des risques subsistent pour l’environnement, quelle que soit la méthode, estiment les initiants. Des risques pour les eaux de surface, comme les lacs ou les rivières, ainsi que pour les nappes phréatiques.

Pour Benjamin Rudaz, doctorant en géosciences de l’environnement et coprésident des Verts lausannois, «les hydrocarbures appartiennent au passé. Il faut avoir la sagesse de le dire et de les laisser là où ils sont, sans les exploiter», a-t-il plaidé. Les Verts précisent que leur texte n’interdit pas la géothermie profonde, qu’ils soutiennent si elle est correctement cadrée.

Projet de loi débattu cet automne

L’initiative et la loi du Conseil d’Etat sont actuellement soumises à l’examen d’une commission du Grand Conseil. A l’issue de ces travaux, le comité d’initiative se réunira pour dire s’il retire ou non son initiative. Le parlement devrait en débattre cet automne.

Lire également: Le Conseil d’Etat vaudois veut interdire la fracturation hydraulique

Il serait impossible, dans ces conditions, d’organiser une votation populaire le 28 novembre, estime Alberto Mocchi. Les Vaudois devraient plutôt voter en mars ou en juin 2019.

Les Verts demandent au gouvernement de ne pas traîner. «Nous demandons qu’on vote le plus tôt possible. Il faut qu’on tranche rapidement. Aussi pour les entreprises qui ont investi dans ce domaine et qui ont le droit de savoir si elles doivent passer à autre chose», a-t-il ajouté.

Publicité