contemporain

Eyvind Kang, «The Narrow Garden»

Un disque qui se place sous le patronage du «Farai un vers de dreyt nien» de Guillaume IX, roi des troubadours, et qui se propose de réexplorer en 2012 le domaine de l’amour courtois attirera fatalement l’oreille…

Genre: contemporain
Qui ? Eyvind Kang
Titre: The Narrow Garden
Chez qui ? (Ipecac/www.ipecac.com)

Un disque qui se place sous le patronage du «Farai un vers de dreyt nien» de Guillaume IX, roi des troubadours, et qui se propose de réexplorer en 2012 le domaine de l’amour courtois attirera fatalement l’oreille. Surtout lorsque l’on sait que l’on va retrouver à la manœuvre le talentueux Eyvind Kang, qu’on a vu collaborer avec des signatures aussi diverses que Stephen O’Malley, John Zorn ou Marc Ribot. L’oreille – merci pour elle – n’est pas déçue: cet album fabuleux, servi par des musiciens dédiés, évite tous les pièges du faux vieux en opérant des déplacements géographiques constants entre Occident et Orient, inscrits dans autant d’échanges temporels entre modes médiévaux, dissonances qu’on dirait héritées de Ligeti et volutes jazz. Bons voyages.

Publicité