Roman

Fabienne Jacob s’élance vers l’amour

Un petit roman charnel qui s’interroge sur le désir et les élans entre hommes et femmes

L’hebdomadaire Marie Claire a fait une liste de livres qui, dans cette rentrée littéraire, se trouvent liés, selon ce magazine, au mouvement #MeToo. Parmi ces livres, Un homme aborde une femme de Fabienne Jacob. Sur la foi, sans doute, de la quatrième de couverture et du titre, le magazine y voit un écho aux débats actuels sur les abus de pouvoir exercés par des hommes sur les femmes.

Il faut reconnaître à Marie Claire le mérite d’attirer ainsi l’attention sur un bon livre. Il faut aussi lui savoir gré de dévoiler par là le fossé qui sépare le fait de société et la littérature. Car dès qu’on entre dans le roman, dans le style, dans le récit tout se complique, plus rien n’est noir et blanc. Cela se met dangereusement à ressembler à la vie, à l’imaginaire. Et les catégories – utiles au demeurant – qui servent à penser et à combattre pour l’égalité en société s’avèrent soudain moins opérantes. D’autant qu’il n’est pas question ici d’abus de pouvoir ni d’abus tout court. C’est d’attirance et de désir que parle Fabienne Jacob, et là, tout le monde peut jouer.

Entrer dans le livre de Fabienne Jacob, c’est entrer dans une subjectivité, dans l’univers des peurs, des espoirs, des tensions que l’amour et le désir réveillent en chacun et chacune. Le récit est ici toujours singulier, jamais général. Et c’est en cela qu’il touche.

Attraction et répulsion

La narratrice se retrouve, parfois, il est vrai, dans la rue où des hommes la hèlent. Un petit garçon par exemple qui lance des cailloux à cette petite fille à vélo pour qu’elle le regarde, pense-t-elle; puis un homme plus mûr surgit et lui balance des mots très crus, violents, alors qu’elle a rendez-vous avec le «professeur», son amant. Chaque rencontre a quelque chose d’énigmatique, de tendu. D’attirant et de répulsif en même temps.

C’est un petit roman singulier, ramassé, maîtrisé qui raconte l’itinéraire intérieur d’une femme quittée par un homme et qui ne s’en porte finalement pas si mal que ça. Elle se remémore ses rapports avec d’autres hommes, mais aussi et, surtout, observe d’autres femmes face aux hommes. Voici la belle Océane, Farida, Mme Van den Linden, une ex-nonne amie de la famille, et surtout l’incroyable Kirsten, cette Danoise exilée en France dont l’âge – plus de 60 ans – est proportionnel à l’effronterie et à la liberté. Aucune ne donne de leçons. Chacune dit sa vérité face au désir. Ou plutôt ses vérités qui sont parfois contradictoires. «Je n’ai plus d’élan pour toi», dit l’homme qui s’en va à la narratrice. Mais l’élan, le désir et le mouvement vers l’autre sont présents tout au long de ce livre joyeux.


Fabienne Jacob est l’invitée du Livre sur les quais, à Morges.


Fabienne Jacob, «Un homme aborde une femme», Buchet & Chastel, 184 p.

Publicité