Berne

Face à ses casseurs, Berne demande l'intervention de la Confédération

Dans la nuit de samedi à dimanche, des débordements ont eu lieux aux abords de la cille de Berne, causant des dégâts d'un montant estimé à six chiffres

Des débordements ont eu lieu aux abords de la ville de Berne dans la nuit de samedi à dimanche après une fête illégale. Reto Nause, le municipal bernois responsable de la sécurité évalue les dégâts à un montant à six chiffres et demande l’intervention de la Confédération 

Les jeunes gens ont provoqué de nombreux dégâts, à coups de sprays et de vitres cassées, avant d’être éparpillés par les forces de l’ordre. La Jeunesse socialiste de la Ville de Berne dénonce une violence policière «disproportionnée» et explique ces débordements par le manque d’espaces de liberté.

Reto Nause ne le voit pas de la même manière. Encore une fois, les manifestants ont agi avec «une brutalité inimaginable», a-t-il dit à l’ATS. Des policiers et des pompiers ont même été agressés.

Pour lui, il ne s’agit pas d’un phénomène uniquement bernois. «Zurich et Bâle ont connu des épisodes semblables». Il est donc d’avis d’en appeler au Service de renseignement de la Confédération (SRC). La police devrait aussi avoir la tâche plus facile, en pouvant recourir plus facilement à une surveillance téléphonique, a-t-il encore avancé.

Fête sauvage

Un cortège de plusieurs centaines de personnes s’est formé peu avant minuit, après une fête sauvage dans la zone de Warmbächli, sur le site de l’ancienne usine d’incinération des déchets, et s’est dirigé vers le centre de Berne, selon la police cantonale. Des agents tentant d’approcher les manifestants ont été repoussés et des pompiers accueillis par des lancers de pierre.

Le jet d’un caillou de la taille du poing a notamment brisé une vitre d’un véhicule des pompiers – alertés par une alarme incendie – et heurté l’un des occupants, relate la police. Les forces de l’ordre ont réussi à arrêter progressivement le cortège en usant de lances à incendie, de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes.

Plusieurs manifestants ont été arrêtés pour des contrôles. La police ne donne pas de détails sur d’éventuels blessés du côté des protestataires comme des forces de l’ordre.

Publicité