fiction tv

«Fargo», bel exemple de déclinaison de film en série

Alors que la consternante adaptation d'«Alerte à Malibu» montre la difficulté d’adapter des séries en films, le contraire réussit souvent mieux

Dans l’autre sens, cela peut marcher. La semaine passée, à l’occasion du pathétique spectacle qu’offre le passage de Baywatch (Alerte à Malibu) sur grand écran, nous évoquions la difficulté chronique que pose l’adaptation de séries en films. Autre format, autre temporalité, autres stratégies narratives: le plus souvent, la transmutation échoue.

A ce propos: Adapter une série TV en film, mission impossible

En revanche, la déclinaison de films en séries donne parfois de beaux résultats. On en a la démonstration dans quelques cas récents. Même si elle a divisé les opinions, Les Revenants a utilisé de manière subtile certains composants du film de Robin Campillo. A partir de l’œuvre de Michael Crichton, et après de nombreux détours, Mondwest façonne un univers très proche de celui de l’écrivain.

Le cas «Fargo»

Fargo fournit peut-être le meilleur exemple contemporain. A la limite, la série créée par Noah Hawley n’aurait pas eu besoin de se placer sous le prestigieux patronage du film des frères Coen; elle fonctionne en soi, elle fabrique ses personnages, et elle rappelle le long-métrage d’abord de manière symbolique et graphique, les grands espaces enneigés du Nord. Dévoilée en avril, la troisième saison confirme la puissante singularité de l’aventure. Plus froide – sans jeu de mots météorologique –, faite d’une plus grande mise à distance des personnages, elle apporte néanmoins une nouvelle brique à cette épopée d’une Amérique claudiquant sur trois pattes, faite d’individus louches, aussi touchants, parfois, que foireux, toujours.

Lire aussi: La série «Fargo», 
un autre cadeau des Coen

La dialectique film-série

Les frères Coen ont apporté des graines pouvant germer au-delà de leur film de 1996. Noah Hawley et ses auteurs produisent terreau et engrais, avec une rigueur notable dans l’écriture et un sens du choix des acteurs. Le monde proposé alors par un seul film reste unique, tout en devenant multiple, en générant de nouvelles histoires de qualité. Bel exemple d’enrichissement créatif.


Retrouvez nos articles sur les séries TV.

Publicité