Fribourg

Musique

Voici deux acrobates: Feldermelder derrière ses machines et sa jungle de câbles; Julian Sartorius derrière sa batterie et sa forêt de baguettes. L’un et l’autre travaillent de guingois, à traquer l’épiphanie en usant de leur instrumentarium à rebours des conventions. On s’attend ici à un bel attelage, à un débat de haut vol, entre la pulsation du signal électrique et le frétillement des cymbales. P. S.

Feldermelder & Julian Sartorius. Bad Bonn, Guin, lu 16 à 20h.

Genève

Festival

Grand-messe des arts visuels et technologiques, le Mapping Festival revient à Genève pour de nouvelles rêveries synthétiques. Au menu, 47 artistes et leurs installations immersives, virtuelles ou monumentales. On pourra notamment explorer son moi intérieur et se détendre dans une petite capsule spatiale, expérimenter le techno-chamanisme grâce à des casques de réalité mixte ou admirer, dans l’ancienne caserne des Vernets, des projections à 360° grâce à un dôme géodésique XXL. Cosmique. V. N.

Mapping Festival. Divers lieux, du 19 au 29 mai.

Théâtre

Depuis toujours, la femme doit sourire, ravaler sa colère et se laisser guider. Assez! se révoltent Fanny Brunet et Olivia Csiky Trnka. Dans Montrer les dents, les deux comédiennes genevoises décortiquent les processus de l’emprise, «c’est-à-dire la manipulation d’un être sur un autre pour le briser jusqu’au déni de sa propre identité». «Oui, il y aura une histoire d’amour, mais pas comme on l’espère. Oui, il y aura de la violence mais – ENFIN – là où on voudrait, car un chihuahua peut dissimuler une lionne», assurent les deux téméraires. On se réjouit! M.-P. G.

«Montrer les dents». Théâtre du Grütli, jusqu’au 22 mai.

Neuchâtel

Musique

«On dirait que ta voix a passé sur la mer au printemps.» Pelléas et Mélisande de Debussy est une œuvre à part dans l’histoire de l’opéra. Prenant pour livret le mélodrame du symboliste Maurice Maeterlinck, Debussy compose une musique onirique et frémissante. Dans cette production, le casting de chanteurs est presque entièrement suisse avec notamment Bernard Richter et Carine Sechaye pour les deux protagonistes. J. DBG.

«Pelléas et Mélisande». Théâtre du Passage, di 15 à 17h.

En plein air

Les clochettes en coton de la linaigrette s’agitent dans le vent. La bruyère peint le sol en rouge. La terre noire est gorgée d’eau. On se croirait en Irlande. Mais aux Ponts-de-Martel, les pieds restent à sec sur des passerelles qui enjambent les anciennes tourbières. Le sentier éveille la mémoire des lieux et accueille jusqu’en septembre une exposition du Photoclub de Neuchâtel. Une balade contemplative entre les marais et les bouleaux enchanteurs, à travers un paysage qui ressemble à un dessin à l’encre. O. Y.

Sentier des Tourbières, les Ponts-de-Martel. Exposition de photographies jusqu’en septembre. Visites guidées dans le Marais-Rouge, torby.ch

Valais

Musique

Il y a vingt ans, ils tiraient Le Bilan. Mais quel est le bilan du Bilan? Que le temps passe, passe, passe mais que les Neg’Marrons traversent les âges. Fondé en 1995, ce groupe qui brassait reggae solaire, flow malin et dancehall est devenu mythique avec des tubes qui l’étaient tout autant – La Monnaie, Tout le monde debout! Gars du quartier désormais quasi quinquas, Ben-J et Jacky débarqueront au Port Franc avec une époque sous le bras, pour faire hocher les têtes sur leurs plus gros succès. V. N.

Neg’Marrons. Port Franc de Sion, ve 20 à 20h.

Vaud

Festival

  • Sur le campus de l’Université de Lausanne, on ne se contente pas d’étudier les auteurs classiques, on les joue aussi. Depuis six ans, le Lausanne Shakespeare Festival y célèbre l’œuvre du Barde avec pièces, ateliers et performances à prix libres. Pour cette édition, une variation sur La Tempête, l’une des dernières pièces de Shakespeare qui sonde nos rêves; une exploration de la figure d’Ophélie ou encore la projection de films comme… Le Roi Lion, librement inspiré de Hamlet. Si, si… V. N.

Shakespeare Festival. Théâtre La Grange, Lausanne, du 20 au 22 mai.

Danse

L’originalité d’Alexandra Bachzetsis? Prendre cinq danseuses et danseurs pour interroger le duo. Dans une pièce où deux pianos jouent aussi leur partition, la chorégraphe zurichoise se saisit des corps et des corps-à-corps qu’on pensait familiers pour les dédoubler et les reparamétrer. De quoi raconter avec finesse et pertinence l’hybridité qui guide désormais notre société. Vertigineux jeux de miroirs pour qui aime l’ambiguïté. M.-P. G.

«Chasing a Ghost». Vidy-Lausanne, ma 17 et me 18 à 20h.

Stand-up

Méfiez-vous de Nathanaël Rochat. Il a l’air tout mou et tout endormi et, paf, au moment où on pense qu’il est en train de faire naufrage en parlant des bobos ou des Jeux olympiques à la télé, il part sur une introspection sans filtre de sa sexualité laborieuse et là, on rit, mais on rit, au point de ne pas pouvoir se rattraper – mon voisin d’à côté, au Casino-Théâtre, à Genève, le 10 février dernier, peut en témoigner. L’humoriste romand la joue tellement profil bas que son solo n’a même pas de titre. Peu importe l’emballage, Nathanaël Rochat, c’est de la bombe. A ne pas manquer! M.-P. G.

Nathanaël Rochat. Casino-Théâtre, Rolle, du 19 au 21 mai.

Musique

Fort d’une aura internationale, le pianiste vaudois Cédric Pescia est connu loin à la ronde pour son toucher tout en finesse et en vigueur – mais aussi ses rencontres musicales étonnantes. Il n’y a qu’à voir: sur un piano métamorphosé prolongé par un dispositif électronique, il interprétera cette fois une œuvre inédite du compositeur lausannois Kevin Juillerat. Odyssée prolongée par le voyage, visuel et sonore, de Flûtes, installation du designer Benoît Renaudin composée de 100 flûtes à bec. V. N.

Cédric Pescia et Kevin Juillerat. Théâtre 2.21, ve 20 à 18h et 21h.

Exposition

Passionnée de musique, Stéphanie Meylan – alias Stefmel – court les concerts et festivals depuis des lustres. C’est donc logiquement que sa pratique artistique l’a amenée à se spécialiser dans la photographie musicale, entre portraits, images de concerts et récits, en collaboration avec le dessinateur Luz. La voici exposée aux Docks. Logique. S. G.

«Stefmel – Portraits de live». Les Docks, Lausanne, jusqu’au 1er juillet.

En tournée

Musique

Charles Dutoit dirigera l’OSR dans un programme russe avec pour soliste le violoniste Leonidas Kavakos. Le choix s’est porté sur Rouslan et Ludmila (ouverture) de Glinka, le Concerto en ré majeur de Tchaïkovski et le ballet L’Oiseau de feu de Stravinski. Des œuvres en grande partie liées à la Suisse puisque Tchaïkovski compose son concerto sur les bords du Léman tandis que Stravinski avait offert à l’OSR une suite d’orchestre tirée de son Oiseau de feu. J. DBG.

Charles Dutoit, Leonidas Kavakos et l’OSR. Victoria Hall, Genève, me 18 à 19h30; Salle Métropole, Lausanne, je 19 à 20h15.