Genre: classique
Qui ? Felix Mendelssohn
Titre: Lieder ohne Worte
Chez qui ? (harmonia mundi/h. m.–Musicora)

Il y a des disques qui respirent une sorte de calme, comme celui de Javier Perianes consacré à Mendelssohn. Le pianiste espagnol (servi par une magnifique prise de son!) joue une sélection de Romances sans paroles qu’il ponctue d’autres pièces comme le Rondo capriccioso. Ce piano n’est absolument pas voyant. Javier Perianes se distingue dans l’art de la suggestion, dans la mise à nu des lignes mélodiques souples et déliées. Il peaufine les sonorités (ouatées et translucides), creuse les nuances, travaille les textures, dessine des arrière-plans subtils. Le Prélude et Fugue Op. 35 N° 1 est très beau dans son geste coulé. Les Variations sérieuses, nimbées d’une lumière diaphane, s’épanouissent tout doucement jusqu’à un climax fébrile aux emportements d’autant plus inattendus.