Comme elle l’expliquait il y a quelques semaines au micro d’Espace 2 (ci-dessous), à l’enseigne de l’émission La Vie à peu près, Catherine Gfeller avoue volontiers être née artistiquement en Californie, lors d’un voyage formateur effectué après l’obtention de son bac: attirée par les vastes espaces et la mythologie de l’Ouest, elle a commencé à photographier de manière compulsive.

Au milieu des années 1990, après un master en littérature française et en histoire de l’art à l’Université de Neuchâtel, c’est à l’autre bout des Etats-Unis, à New York, qu’elle résidera un temps à la faveur d’une bourse. Après les paysages californiens, place à la jungle urbaine. Elle s’installera plus tard à Paris, qui reste son point d’ancrage.

Galerie:  «Ravages»: une plongée photographique de Catherine Gfeller au cœur des théâtres

Depuis le début de la semaine, l’artiste et photographe est de retour dans sa ville natale de Neuchâtel. Jusqu’à dimanche soir, cette infatigable voyageuse propose CHiNEse WomEN, une vaste installation en forme de triple projection murale. Un projet entamé lorsqu’à l’invitation de l’ambassade de Suisse à Pékin, qui a développé plusieurs projets culturels dans le cadre du 70e anniversaire des relations bilatérales sino-suisses, elle a travaillé et exposé dans plusieurs villes chinoises. D’une résidence à l’autre, Catherine Gfeller s’est alors intéressée aux femmes et à leur rôle dans une société.

La graphie utilisée pour les projections inédites qu’elle dévoile n’est pas anodine: CHiNEse met en exergue les initiales de la Confédération helvétique et du canton de Neuchâtel. De fait, les projections créent un dialogue entre des femmes chinoises et neuchâteloises. Au moment où la question de l’égalité des genres est au cœur des débats de société, son travail interroge forcément en creux le fossé qui sépare encore les femmes occidentales et les travailleuses chinoises.

Afin de permettre une immersion plus grande encore dans son travail, l’artiste a mis en place, en collaboration avec des étudiants en histoire de l’art et muséologie de l’Université de Neuchâtel, un dispositif d’accueil et de médiation culturelle.


«CHiNEse WomEN», projections nocturnes de Catherine Gfeller, jusqu’au 28 mars, 20-23h, château de Valangin, place de la Gare et Musée d’art et d’histoire à Neuchâtel, artiste présente ve et sa au musée, di à Valangin. Retrouvez tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».