Festival

Les femmes à l’honneur aux Diablerets

Dès samedi, le Festival international du film alpin des Diablerets présente quelque 40 films consacrés à la découverte et au dépassement de soi

C’est un rendez-vous que les passionnés ne manquent pas. Pendant une semaine, du 4 au 11 août, le Festival international du film alpin des Diablerets (FIFAD) offre une occasion en or. Non seulement il permet d’échapper à la touffeur caniculaire qui pèse sur la plaine, mais il invite surtout à s’immerger totalement dans un univers partagé par des rêveurs: ceux qui ont besoin d’aller là où leur regard, un jour, s’est posé.

Au fil des ans, sa programmation d’abord concentrée sur la montagne s’est laissé tenter par d’autres horizons. Si bien qu’aujourd’hui, pour sa 49e édition, les 37 films choisis parmi 140 candidatures sont répartis entre les catégories «sports extrêmes» «environnement», «montagne» ou «culture du monde».

Pèlerinage dans l’Himalaya

Au programme, des sensations fortes, de l’aventure et des paysages à couper le souffle, mais il y a aussi matière à contempler, à rencontrer et à s’interroger. Avant tout, le FIFAD est axé sur le dépassement de soi. Et celui-ci peut se déployer de diverses manières. Bien sûr, il présente des films, mais aussi des tables rondes, des concerts et des expositions. Dès samedi, l’exposition du photographe Olivier Föllmi dévoile son travail sur le mont Kailash, cime sacrée d’Himalaya. Toute sa vie il a rêvé de ce pèlerinage et sur les murs de la Maison des congrès, c’est le résultat d’une quête au long cours que les visiteurs pourront admirer.

Le soin porté à l’environnement est une thématique chère aux organisateurs. En ouverture, avec le film L’intelligence des arbres, le festival offre donc une plongée dans l’âme de ceux sans lesquels notre planète serait un grand désert. Les réalisateurs suivent l’ingénieur forestier allemand Peter Wohlleben connu pour son ouvrage La vie secrète des arbres où l’on apprend comment ces êtres immobiles couverts d’une épaisse couche d’écorce communiquent.

Une soirée hommage

Cette édition est la dernière sous la houlette de Jean-Philippe Rapp. Le journaliste cède dès l’année prochaine sa place à son collègue Benoît Aymon, producteur de l’émission Passe-moi les jumelles. Directeur depuis douze ans du FIFAD, Jean-Philippe Rapp a tenu à rendre hommage dimanche soir à Emmanuel Cauchy, médecin urgentiste d’altitude décédé ce printemps dans une avalanche. A cette occasion, le coureur des cimes et champion de ski alpinisme Kilian Jornet sera présent.

Parmi les personnalités qui fouleront le tapis rouge du FIFAD, la grimpeuse et alpiniste Liv Sansoz, qui vient d’achever l’ascension des 82 sommets des Alpes de plus de 4000 mètres et viendra partager ses expériences jeudi lors d’une soirée entièrement dédiée aux femmes. Car plus que jamais, la gent féminine fait sa trace en montagne ou sur les falaises. Et, c’est une promesse, ce ne sera pas la dernière fois que les noms de Margo Hayes, grimpeuse américaine, Marion Poitevin, alpiniste française, ou Martina Cufar Potard, championne d’escalade et mère de famille, tinteront à vos oreilles.

Les Diablerets sont nichés dans le creux d’une vallée. Non loin de la plaine, non loin des sommets. Y monter est vivement conseillé. Mais après avoir vu ces films, ne pas aller arpenter les sommets relève du défi. Si l’envie vous prend, des randonnées guidées sont organisées durant la semaine. Comme quoi, le FIFAD a pensé à tout.

Publicité