L’enquête de Camille Schmoll Les Damnées de la mer. Femmes et frontières en Méditerranée a deux immenses qualités: donner une voix aux femmes migrantes, car elles sont nombreuses à traverser, seules, la Méditerranée. Et casser les clichés sur la migration, dont celui de la distinction forcée entre migration volontaire et contrainte.

Camille Schmoll est géographe, spécialiste des migrations depuis vingt-cinq ans. Elle a fondé le Groupe international d’experts sur les migrations (GIEM) et enseigne à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Posons d’emblée ce chiffre: les femmes sont légèrement majoritaires dans la migration en Europe (51%). Grâce aux récits de femmes recueillis par l’auteure, à Malte et en Italie, nous avons une occasion précieuse de mieux comprendre la question migratoire en Méditerranée. Il faut «féminiser le regard et repolitiser la question du genre», explique-t-elle, ce sera le moyen d’éviter «les discours de peur venus des mondes politique et médiatique». Entretien téléphonique avec une chercheuse passionnée et passionnante.