ELECTRONIQUE. Fennesz. Venice (Touch TO 53/Namskeio)

On doit à Christian Fennesz le mariage du lyrisme et de l'expérimentation électronique. D'un matériau de base aride – guitares triturées, bruit blanc, grésillements – ce compositeur autrichien extrait des pièces étonnamment émotives. Son dernier album ne déroge pas à la règle: Fennesz, secondé sur quelques titres par le guitariste Burkhard Stangl et David Sylvian – leader des mythiques et défunts Japan – y atteint même des sommets d'expressivité, sans aucun effet de manche. Rêveur mais intense, Venice se révèle d'une époustouflante beauté.