En novembre 2000, George W. Bush remportait l'Etat de la Floride par 537 voix d'avance sur Al Gore, le candidat démocrate. Huit années et le désastre que l'on sait plus tard, une certaine Amérique - notamment les milieux du cinéma et de la télévision - tente de comprendre comment elle en est arrivée là et d'expier à travers des œuvres plus ou moins critiques la politique de Bush.

Dans cette Amérique, Jay Roach, réalisateur plus habitué aux comédies (Austin Powers 1, 2 et 3, Mon beau-père et moi 1 et 2) qu'aux tragédies politiques, sponsorisé par la chaîne HBO à qui l'on doit nombre de petites séries originales (comme Capadocia, série mexicaine sur une prison de femmes, présentée cette semaine au CTE).

Bataille de titans

Jay Roach, méticuleux, s'immisce avec discrétion dans les coulisses du pouvoir politique américain pour observer presque sociologiquement le comportement des troupes de bataille des candidats démocrate et républicain. La guerre aux bulletins de vote fait rage, le chef de la campagne électorale d'Al Gore (Kevin Spacey) exige un recomptage des voix que lui refuse le clan des républicains.

Malheureusement, qui n'est pas grand connaisseur des figures politiques locales ou familier du système électoral et judiciaire des Etats-Unis risque fort de nager au milieu des quantités de données statistiques fournies par Recount.

A trop vouloir être pointilleux Roach en devient tatillon. Sa mise en scène - bien que scrupuleuse - en pâtit et devient elle aussi très vite ennuyeuse. Sa réussite, cependant, consiste à révéler l'absurdité totale d'un système archaïque qui, pour quelques poinçons mal placés, a définitivement changé la face du monde.

Recount, de Jay Roach (Etats-Unis, 2008), avec Kevin Spacey, Bob Balaban, Laura Dern, Ed Begley Jr, John Hurt, Tom Wilkinson. 2h.