festival

Le Festival du film de Fribourg consacre des œuvres d'Asie du Sud

Le principal prix de la manifestation revient à un film qui fait le portrait d'un apprenti bourreau dans un couloir de la mort de Singapour

La 31e édition du Festival international de films de Fribourg (FIFF) s'est clôturée ce samedi par le couronnement des cinémas d'Asie du Sud. Trois films, de Singapour, du Bhoutan et du Népal, se sont taillé la part du lion en remportant la majorité des prix samedi soir. Le festival a dépassé le cap des 42 000 visiteurs.

Lors de cette édition, tous les jurys ont célébré «la montée en puissance des cinémas d'Asie du Sud», déclarent les organisateurs du FIFF samedi soir dans un communiqué. «On n'a pas fini d'entendre parler de cette partie du monde et d'y voir émerger de grands auteurs comme ceux qui viennent d'être salués à Fribourg», selon le directeur artistique du festival, Thierry Jobin, cité dans le communiqué.

Le Grand Prix attribué à un cinéaste de Singapour

Doté de 30 000 francs, le Grand Prix du FIFF a été attribué au Singapourien de 33 ans Boo Junfeng pour Apprentice, son deuxième long-métrage. Le film retrace le portrait d'un apprenti bourreau dans un couloir de la mort de Singapour. Il a également obtenu le Critics' Choice Award.

La Bhoutanaise Dechen Roder repart avec le Prix spécial du jury, doté de 10 000 francs, pour Honeygiver Among the Dogs, son premier long-métrage. Ce "thriller poétique" et "enquête hypnotique dans les montagnes bhoutanaises" remporte aussi le Prix du jury des jeunes Comundo (5000 francs) ainsi qu'une Mention spéciale de la Fédération internationale des ciné-clubs.

Le film White Sun du Népalais Deepak Rauniyar s'est vu remettre quatre prix: la Mention spéciale du Jury international, le Don Quijote Award de la Fédération internationale des ciné-clubs, le Prix du Jury oecuménique (5000 francs) ainsi que le Prix du public (5000 francs). Le film passera dans les salles obscures dès le 10 mai en Suisse romande et le 13 avril outre Sarine.

Courts métrages

Dans la catégorie des courts métrages, le cinéaste libanais Raed Rafei est sorti vainqueur du Prix du meilleur court métrage international avec Salam. Il a également reçu une Mention spéciale du Jury du Réseau Cinéma CH composé d'étudiants en cinéma des hautes écoles suisses d'audiovisuel. Ce jury a remis son Prix principal au réalisateur sénégalais Mamadou Dia pour son film "Samedi cinéma".

Cette 31e édition a inauguré le Prix Visa Etranger qui propose aux hautes écoles suisses telles que la HEAD (Genève), l'ECAL (Lausanne), la ZHdK (Zurich) et la HSLU (Lucerne) de soumettre les meilleurs films de leurs étudiants aux invités, népalais cette année, de la section Nouveau Territoire.

Ces derniers ont été séduits par Wo der Euphrat in di Sava mündet, d'Andreas Muggli (HSLU), qui a reçu la Mention spéciale et Millimeterle, de Pascal Reinmann (ZHdK), qui a remporté le Prix Visa Étranger (10 000 francs).

Plus de 40 000 entrées

En dépassant une nouvelle fois les 42 000 entrées, le festival maintient sa position de «manifestation cinématographique la plus courue de Suisse occidentale», se réjouissent les organisateurs. Avec un budget limité à 2,2 millions de francs, ils s'attendent à un résultat légèrement déficitaire. La 32e édition du FIFF se tiendra du 16 au 24 mars 2018.

Publicité