Au mois de mai, la saison des festivals open air s’ouvre du côté de Guin, dans la verte Singine. Depuis sa création il y a maintenant un quart de siècle, le Bad Bonn Kilbi attire au nord de Fribourg des amateurs de musiques alternatives venus de toute la Suisse, parfois de plus loin aussi. Car en matière de sonorités différentes, de groupes aventureux et de découvertes annonciatrices de nouvelles tendances, la manifestation est à la pointe.
Fort de son succès, le Kilbi a pris l’habitude de s’exporter, que cela soit le temps d’un concert ou d’un mini-festival, à l’image du Kilbi im Fall qui se déroule à la fin du mois dans deux clubs saint-gallois. Habitué du Bad Bonn, l’Américain Stephen O’Malley, sombre leader de Sunn O))), sera notamment du voyage avec sa musique aux frontières du metal, de l’ambient, du dark folk et de l’expérimental. A guetter de près, ses compatriotes Jessica Pratt, digne descendante des folkeuses Joni Mitchell et Joan Baez, et Eartheater, une jeune musicienne proposant une électro tortueuse et minimaliste portée par des sonorités qui rappellent par moments les grandes heures d’Autechre et Aphex Twin. Une musique froide à l’opposé de celle de Mbongwana Star, un orchestre congolais fusionnant rythmiques synthétiques et folklore local, et réunissant deux anciens membres du Staff Benda Bilili, un groupe entièrement formé de musiciens handicapés.
Deux formations romandes seront également de la partie. Originaire de Fribourg, Pandour ne ressemble à pas de grand chose de connu, ce qui est assez rare dans le paysage musical helvétique. Jazz, folk, ethno, dub, ambient, ce quatuor touche à tout, et avec classe. Le duo genevois Hyperculte se présente quant à lui sous les étiquettes «transpop, prekraut et postdisco». Une belle façon de dire que lui aussi, il ne cherche pas à reproduire une recette qui aurait déjà fait ses preuves. Le reste du programme est à l’avenant.


Kilbi im Fall, Saint-Gall (Grabenhalle & Palace), les 30 et 31 octobre.
www.kilbi-im-fall.ch