Musiques

Festival de Lavaux: pas si classique

Après seize ans de bons et loyaux services, Jean-Christophe de Vries lâche la barre. Présentation de sa dernière saison avant un concert à la rédaction du «Temps»

Un panaché, s’il vous plaît! Au verre comme sur scène, le mélange est savoureux. Il se commande et se déguste en musiques mêlées au festival de Lavaux Classic. Parce que Jean-Christophe de Vries s’emploie à varier et marier les styles dans une ambiance amicale et décontractée, la manifestation est devenue une des plus suivies et appréciées pour célébrer l’ouverture de l’été classique. La devise de ce nouveau cru est à l’image du souci d’indépendance du directeur: «Pense par toi-même: l’esprit des Lumières.»

Appétit

Passé par plusieurs étapes, le festival vaudois s’impose aujourd’hui comme une référence du genre, entre dégustations de produits régionaux et propositions musicales des plus variées. On y vient avec appétit, entre les soirées originales du festival’Off, Concerts en p’tit train, Nocturnes à la bougie, Balade musicale guidée sur le sublime site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, Croisière musicale et gustative à bord du bateau «La Suisse», Rencontre de haut vol entre une jeune violoncelliste et le chef étoilé du Lausanne Palace, Edgard Bovier, dans une abbaye du XIIIe siècle, Rencontre vignerons-musiciens et évidemment scintillant Bouquet final de clôture. Un programme des plus alléchants…

Un festival pas comme les autres

Même si la musique classique constitue la base de Lavaux, la façon de la présenter et de l’écouter n’a rien de traditionnel. C’est pour ça qu’on aime ce festival pas comme les autres. Du côté du grand répertoire, on ne lésine pas sur les invités: Les Arts Florissants dirigés par Paul Agnew, Christian Zacharias accompagné par le quatuor Sine Nomine, le pianiste David Kadouch et le violoncelliste Edgar Moreau en duo, leurs collègues Istvan Vardai et Lucas Debargue en récitals: les promesses ne manquent pas de panache.

Pianiste phénomène de 12 ans

La modernité se profile du côté des Créations «Swiss made» dont le compositeur William Blank coache quatre étudiants des hautes écoles de Lausanne, Lugano, Bâle et Vienne. Et le talent n’attendant pas le nombre des années, la plus fraîche des pousses solistes affiche 12 ans seulement. Le phénomène s’appelle Alexandra Dovgan. Après avoir été invitée sur de grandes scènes internationales, la pianiste en herbe sera révélée pour la première fois en Suisse à Lavaux.

«Le Temps», entre alto et accordéon

Mais il y a aussi les moments décalés. Avec ceux proposés dans le cadre du festival’Off, celui que l’altiste Greta Staponkute vient présenter dans les locaux de la rédaction lausannoise du Temps en compagnie de l’accordéoniste Augustinas Rakauskas s’annonce particulièrement festif. Les deux musiciens se connaissent bien, pour jouer régulièrement ensemble sous le nom de Tutto a Dio.

A Lavaux, le duo de complices inscrit sa prestation dans la Boat party qui circulera entre Lausanne, Pully et Lutry, avec huit arrêts et autant de menus musicaux déclinés en ensembles variables par des musiciens de tous horizons stylistiques. La carte blanche accordée par Le Temps à Tutto a Dio donnera l’occasion aux abonnés et aux curieux de découvrir un univers qui va du tango au baroque, en passant par le jazz, le swing ou d’autres surprises revigorantes.


Carte blanche à la rédaction du «Temps», 3, Pont Bessières: mercredi 5 juin de 18h à 19h Réservation: www.letemps.ch/evenements

Lavaux Classic, du 13 au 23 juin: renseignements: www.lavauxclassic.ch, 021 312 15 35.

Publicité