Evénement

Le festival de musique d’Amazon fait déjà polémique

Deux jours de concerts et de folie multimédia: Intersect, l’événement musical du géant de la tech, prévu pour début décembre à Las Vegas, a tout juste été annoncé et fait déjà grincer des dents, notamment celles des artistes invités, gênés d’être associés au groupe

Après le lancement récent de sa nouvelle plateforme de streaming, Amazon Music HD, et l’organisation d’un concert pour célébrer le Prime Day, en juillet dernier – en gros, un jour de soldes spéciales pour ses membres, avec tout de même Taylor Swift et Dua Lipa en têtes d’affiche –, Amazon fait un pas de plus sur la scène musicale internationale: il aura désormais son propre festival.

Intersect, c’est son nom, se déroulera les 6 et 7 décembre prochain sur l’une des plus grandes avenues de Las Vegas. Dévoilé la semaine dernière, le projet, qui se targue de réunir «musique, art et technologie», est en réalité chapeauté par l’une des divisions du géant américain, Amazon Web Services (AWS), spécialisée dans les services de cloud computing – l’utilisation de serveurs informatiques pour stocker des données.

Lire aussi: De Zalando à Digitec, la livraison le jour même arrive en Suisse

«La musique est étroitement liée à l’ADN d’Amazon et AWS. Au cœur d’Intersect, on trouve une série de musiciens de classe mondiale, dépassant les frontières de genre et rassemblant des icônes», peut-on lire sur le site web de l’événement.

Drones et piscine à boules

Les Foo Fighters, Beck, Chvurches ou encore le rappeur Anderson. Paak: 30 groupes et artistes composent le programme plutôt éclectique, mais globalement jeune, alternatif et anglo-saxon, de ces deux jours de festival. Que viennent compléter une tour de six étages dédiée au mapping vidéo, des jeux d’arcade, une piscine à boules géante ou encore un show de 500 drones pour accompagner la chanteuse Kacey Musgraves. Le prix d’un billet pour ces deux jours de démesure multimédia varie de 169 à 849 dollars.

De plus en plus de grandes marques lancent leurs festivals ou les sponsorisent, à l’instar de Virgin, Spotify, Apple ou encore Red Bull: rien de surprenant donc à ce qu’Amazon saute dans le train en marche. Pourtant, l’annonce du groupe de Jeff Bezos a été reçue avec un certain scepticisme, voire sarcasme. Par les médias, tout d’abord, qui y voient le signe d’une commercialisation croissante des festivals musicaux. «Comme tous ces événements marketing, il n’existe que pour exploiter les artistes et le public», pointe par exemple un article du Guardian, avant de poursuivre: «Se promener dans un festival qui existe pour la seule promotion d’une marque est l’une des expériences culturelles les moins inspirantes qui existent.» Sur le site de Rolling Stone, on souligne «le caractère totalement aléatoire du festival, de son esthétique à son programme, en passant par son timing étrange de décembre.»

Dj «furieuse»

Et on entend gronder jusque dans les rangs des artistes invités. Black Madonna, DJ et productrice américaine, a d’ores et déjà annoncé qu’elle se retirait du projet: elle n’aurait pas été informée, au moment de signer, qu’Amazon se cachait derrière le week-end Intersect. Dans une série de tweets fleuris publiés le 17 octobre, elle s’est dite «furieuse». «Qu’est-ce que c’est que cette connerie?» écrit-elle. «Vous étiez surpris que je joue pour Amazon? On est deux. Soyez patients pendant que je coupe quelques ponts.»

Car le malaise émane surtout des fans, visiblement nombreux à honnir le géant du web, et qui n’ont pas hésité à épingler certains artistes pour leur venue au festival. C’est le cas de Michelle Zauner, du groupe Japanese Breakfast. Répondant au backlash, la musicienne a précisé sur Twitter que l’affiliation à Amazon n’était effectivement pas claire. «Je partage l’avis que cette entreprise, comme beaucoup, a des pratiques détestables et je me sens partagée quant à ma participation au festival, comme pour le Coachella. En tant que petit groupe indie, je ne suis pas sûre de la meilleure manière d’avancer.» Michelle Zauner a depuis annoncé qu’elle prenait une pause du réseau social.

Si un porte-parole d’Amazon a, depuis, contesté les accusations de Black Madonna, aucun des 27 autres artistes invités n’a encore réagi à la polémique.


Lire aussi: Commerce en ligne: les Suisses achètent toujours davantage à l’étranger

Publicité