Le Festival International de Musique de Sion-Valais tient le coup, malgré les difficultés financières, malgré l'appui de plus en plus tiède des sponsors. Jean Bonvin, président de la manifestation, ne perd pas espoir. Il continue à courir les banques, les grandes entreprises («J'ai fait toute la chimie à Bâle»), il a même obtenu une rallonge des pouvoirs publics en Valais. L'affiche 2003 illustre les orientations prises avec le nouveau directeur artistique, Shlomo Mintz, afin de tourner la page avec l'ère Varga.

«Je viendrai à Sion pour jouer devant les ministres de toute la région», a déclaré mercredi le violoniste lors d'une conférence de presse à Genève. S'il dépend des politiques, il cherche aussi à redorer le blason d'un festival dont l'image a été ternie. Shlomo Mintz a pris la relève l'an dernier. Le violoniste succédait à Gilbert Varga (fils de Tibor) qui, écœuré par les dissensions entre son père et le comité du festival, avait démissionné. Shlomo Mintz a alors repris une programmation qui ne lui appartenait pas. Avec l'aide du comité, il a d'abord réduit le nombre de concerts afin de privilégier la qualité au détriment de la quantité. Cette année, le festival commence au mois d'août afin d'éviter la collision avec le Verbier Festival.

Parmi les réformes, la formule de l'invité d'honneur passe à la trappe. Shlomo Mintz assume de facto ce rôle: il donnera deux récitals (axés sur Dvorák et Chostakovitch) avec la pianiste Adrienne Krausz et tiendra la partie d'alto dans l'intégrale des Quintettes de Mozart avec le Quatuor Vermeer. Le tandem de cantatrices valaisannes Brigitte Fournier et Brigitte Balleys est très attendu. Le pianiste Fazil Say est chargé d'apporter une note d'improvisation. Le festival affiche sa volonté d'élargir les horizons en confiant une création à la compositrice suisse Caroline Charrière. Michael Hofstetter dirigera l'Orchestre de Chambre de Genève, le Chœur Novantiqua de Sion et quatre solistes (dont les deux Brigitte) lors du concert d'ouverture à Crans-Montana (le 5 août).

Un concours plus exigeant

Autre point capital: Shlomo Mintz veut rehausser le niveau du concours de violon. «Le travail du jury sera beaucoup plus difficile que l'an dernier», a-t-il déclaré, d'autant que les critères ont été affinés. Mais la véritable nouveauté, c'est l'introduction d'un jury d'enfants chargé lui aussi d'évaluer les concurrents. Nicole Coppey, directrice de l'école sédunoise Un, Deux, Trois, Musiques…, a rassemblé 9 enfants et adolescents âgés entre 8 et 17 ans: «Ces enfants se rencontrent tous les quinze jours pour se familiariser avec les œuvres qu'ils entendront au concours. Ils apprennent à formuler leurs impressions et à déterminer quelle note ils attribueraient pour l'interprétation.»

Côté finances, le festival a rétréci son budget, passant de 1,35 million de francs en 2002 à 1,2 million de francs cette année. La Ville de Sion reste le pourvoyeur principal (390 000 francs). S'y ajoutent l'Etat du Valais, qui a doublé sa participation de 50 000 à 100 000 francs, et la Loterie Romande qui, à force d'insistance, a rallongé sa contribution de 150 000 à 250 000 francs. Si Jean Bonvin a réussi à combler le déficit 2002, s'il a créé un Club du festival pour solliciter l'appui des entreprises et des particuliers, il met un point d'honneur à atteindre un jour les chiffres noirs.

Festival International de Musique de Sion-Valais. Du 5 août au 16 septembre.

Loc. 0848 800 800 ou 027/323 43 30. Site Internet: http://www.sion-festival.ch