Depuis samedi, la maison de pianos Steinway & Sons est sur les charbons ardents. Huit pianos ont été entreposés dans une salle de Verbier avant d'être à nouveau déménagés sous la Tente Médran. Ce soir, le festival fête ses dix ans d'existence avec un concert anniversaire… «On n'imagine pas la logistique qu'il faut mettre en place pour ce genre de concert», commente Gerrit Glaner, représentant de Steinway à Hambourg. Un an d'organisation, de travail, pour satisfaire les huit vedettes (Martha Argerich, Evgeny Kissin, Mikhail Pletnev, Leif Ove Andsnes…) qui participeront à l'événement.

Fondée il y a 150 ans, la maison Steinway détient le monopole en matière de pianos de concert. Elle aussi fête son jubilé. Pour superviser l'opération, la maison allemande a dépêché deux représentants sur place. «Si vous achetez une Mercedes, vous vous attendez à ce que la machine ne tombe pas en panne», dit l'un d'eux. Le succès des pianos Steinway repose non seulement sur leur sonorité légendaire, mais sur le service après-vente réputé irréprochable. «C'est une immense responsabilité que nous avons.» Le label de qualité est si répandu qu'il existe une véritable coterie d'artistes Steinway. «Nous demandons à ces artistes de soumettre un rapport où ils évaluent les performances de leurs pianos.» Ainsi, Steinway détiendrait 99% du marché dans les grandes salles de concert, car la plupart abritent ses instruments. «C'est presque comme dans un pays communiste», ironise-t-il.

Piano de référence

Trêve de plaisanterie. Ulrich Gerhartz est venu expressément de Londres pour accorder les huit pianos. «Je travaille exclusivement avec des pianistes de concert, comme Alfred Brendel, Mitsuko Uchida…» A Verbier, il se trouve face à une montagne. «Un piano ne s'accorde pas en dix minutes: il faut à peu près deux heures. Je vous laisse faire le compte…» De fait, il a travaillé jusqu'à 3 heures du matin, dans la nuit de samedi à dimanche. Il s'est servi d'un piano de référence à partir duquel il a accordé les sept autres pianos pour obtenir une homogénéité optimale.

Mais l'accord des instruments ne suffit pas. «Les pianos doivent avoir à peu près le même âge pour marier leurs timbres. Plus un piano est vieux, plus le son se répercute dans la salle avec un délai grandissant.» A Verbier, les pianos ont tous moins de six ans. «Ce sont des modèles de concert: on peut les comparer à des voitures de compétition.» La métaphore est décidément tenace. Et c'est aussi pour leur fiabilité que les pianos Steinway sont reconnus. «Contrairement à un violoniste, qui se promène avec son instrument, un pianiste de concert doit avoir la certitude qu'il aura un piano à disposition qui ne flanchera pas», souligne Gerrit Glaner. Et d'ajouter: «Ce que les artistes aiment, chez Steinway, c'est que chaque modèle a une sonorité individuelle.»

Birthday Extravaganza, ce soir à 19h, Salle Médran. Loc. 027/771 82 82. Complet.