Sortir

Les festivals de l'été en Suisse romande 

Cinéma, musique, expositions en tout genre, condensé des grands évènements de l'été à ne pas manquer 

Fête des Vignerons

La ville en fête

Quatre fois par siècle, la Fête des Vignerons célèbre le vin, la nature et le travail de la terre au cours d’un spectacle grandiose intégrant la population veveysanne. Epicentre de l’événement, l’arène de la place du Marché peut se voir comme une cuve géante emplie d’un chasselas frais qui, débordant généreusement, éclabousserait les rives du lac. Du Jardin Doret, à l’embouchure de la Veveyse, jusqu’à Entre-Deux-Villes, à l’entrée de La Tour-de-Peilz où se dressera une grande roue, se répandront sur une zone piétonne quelque 1000 animations gratuites en plein air.Parmi les odeurs de friture et de sucre répandues par une cinquantaine de mini-restaurants privilégiant les fleurons de la gastronomie helvétique, des sons et des couleurs griseront les badauds de tous les âges.

Des artistes de rue, des déambulations théâtrales, des activités dédiées au jeune public (à qui est donné l’occasion d’approcher des animaux plus exotiques que la licorne et le dinosaure: la vache et le cheval…), des contes venus des 23 cantons, des parades de nuit placées sous le signe de l’onirisme, de la guggenmusik, des démonstrations d’apiculture ou de tavillonage, Yann Lambiel prêtant sa voix aux dessins du regretté Burki, une porteuse d’eau, une silent party, du cirque et des big bands vont faire des rivages veveysans une république carnavalesque où il fait bon vivre.

L’intitulé de certains attractions constitue une véritable invitation à la poésie comme La Toupine – Une vache de manège et son orgameuh, Frieda et sa chèvre Philomène, qui fabrique du fromage et chante le yodel, Les Cocos-if-fleurs, un trio de cornistes alpins, ou Joane Reymond Cie Mine-de-rien qui mène le bal avec Blanche-Neige… Sans oublier les cortèges quotidiens qui traverseront la ville sous diverses formations, le plus pharaonique (8000 participants...) étant celui du Couronnement, le 18 juin vers 14h. Antoine  Duplan

Vevey. Du 8 juillet au 11 août. Le programme de la Fête des Vignerons

Cinéma 

Neuchâtel International Fantastic Film Festival (NIFFF)

On a trop longtemps cru que les fantômes étaient confinés aux châteaux écossais. Erreur! Le fantastique sourd de toutes les terres, de toutes les cultures et même d’un blouson de daim acquis par Jean Dujardin (Le Daim, de Quentin Dupieux, film d’ouverture en présence de ze Artist). En 90 longs métrages et 69 courts qui offriront aux amateurs d’innombrables fenêtres sur l’imaginaire planétaire, la 19e édition du Neuchâtel International Fantastic Film Festival moissonne l’étrangeté au Danemark, en Afrique subsaharienne et au Brésil. Ne pas manquer la projection d’un excellent premier film suisse, Les Particules, de Blaise Harrison. A.DN

Neuchâtel. Du Vendredi 5 au samedi 13 juillet. nifff.ch

Locarno Film Festival

La plus grande manifestation culturelle de Suisse va écrire un nouveau chapitre de sa longue histoire sous l’impulsion de sa nouvelle directrice. Lili Hinstin promet une orientation «peut-être un peu plus cinéphile sur la Piazza Grande» et une seconde partie de soirée, baptisée Crazy Midnignt, proposant des «œuvres déjantées» susceptibles d’exciter le public jeune. Les moins de 30 ans pourront d’ailleurs bénéficier de Locarno Young, une accréditation et le gîte pour cinq jours à 100.- Intitulée Black Night, la rétrospective brosse un panorama historique du cinéma «noir» international et fait dialoguer des réalisateurs qui ont créé des œuvres clés sur les cultures et les peuples d’origine africaine. Et Bong Joon-ho, Palme d’or à Cannes avec Parasite, donne une master class en compagnie de son acteur fétiche, Song Kang-ho. Le programme complet sera dévoilé le 17 juillet. A. DN

Locarno. du me 7 au samedi 17 août. pardo.ch

14e Festival cinémas d’Afrique Lausanne

Consacrée à la promotion et la diffusion des cinématographies d’Afrique, la manifestation s’engage pour la diversité culturelle. Elle propose une belle palette de films récents, une rétrospective dédiée au réalisateur mauritanien Med Hondo, un Focus sur le Tchad et une carte blanche à la nouvelle vague du cinéma rwandais. Une Table ronde s’interroge sur l’impact et l’importance de la musique dans l’esthétique du cinéma africain actuel. A. DN

Lausanne, Esplanade de Montbenon, Cinémathèque suisse du je 22 au di 25 août. cine-afrique.ch


Spectacles

La saison d’été à l’Orangerie

La Horde du contrevent. Le titre de ce roman d’Alain Damasio est trop entraînant pour ne pas servir de drapeau à la saison du Théâtre de l’Orangerie. L’histoire? Des hommes, des femmes cherchent l’origine d’un vent infernal. Cette matière a inspiré Isis Fahmy, qui a adapté cette quête sous le titre de Contrevent(s) – du 4 au 7 septembre. Des histoires d’eau, de pâturages désertés, de ciel barbouillé par des mains d’ogre: ce sont ces matières qui parcourent la saison conçue par Andrea Novicov.

On sentira bouillir la colère peut-être avec Désalpes d’Antoine Jaccoud, rêverie sociologique avec cor des Alpes – du 20 juillet au 3 août. On s’ensauvagera avec le poète jurassien Alexandre Voisard, cavaleur dans la bouche de Thierry Romanens, accompagné de trois musiciens, du 6 au 11 août. On sera éruptif sans doute avec le couple de paysans de Terre noire – texte de Stefano Massini, mis en scène par Ludovic Chazaud, du 15 au 31 août. Un peu de hauteur, camarade? Io Leonardo de Lionel Chiuch vous la fournira. L’ombre de Léonard de Vinci planera alors, cernée par Gilles Tschudi avec quatre comédiens – du 10 au 21 septembre. L’Orangerie donnera des ailes à ses fidèles. Alexandre Demidoff

Genève, Théâtre de l’orangerie. theatreorangerie.ch

Le Belluard Bollwerk International

L’art doit-il être utile à la société? Ou l’art est-il précieux parce qu’il échappe justement à tout retour sur investissement? Après avoir interrogé la solitude, l’an dernier, le Belluard Bollwerk International se penche sur l’impact que l’art doit avoir. Et comme le festival fribourgeois est radical, il a remplacé sa campagne de communication par une «campagne de corruption» en offrant 4000 francs aux habitants, à travers les belluards, monnaie ultra-locale émise pour l’occasion. Un colloque, ce dimanche, et des spectacles, toute la semaine, questionneront ce tiraillement entre art et société. Le Belluard, c’est aussi une porte ouverte sur le monde et ses blessures. Lors de cette 36e édition, on entendra la parole des habitants d’Alep, ville meurtrie, et on verra la danse des serpents pratiquée par les chégués, ces enfants des rues de Kinshasa. Marie-Pierre Genecand

Fribourg divers lieux. Du 27 juin au 6 juillet. belluard.ch

La Cité

«Je vois le festival comme un jardin d’Eden dont chaque visiteur pourrait croquer la pomme sans en être expulsé.» Grande lectrice, Myriam Kridi, directrice des festivités, a trouvé une jolie formule pour présenter les délices de la 48e édition de La Cité. Cette année, le festival retrouve la place de la Riponne, ainsi que la superbe Friche du Vallon – un standard du passé. Il conserve le Grand Canyon, cette scène de concert postée sur la rue Pierre-Viret depuis deux ans, ainsi que Les Marches du pont Bessières. Par contre, la manifestation ne réinvestit pas la place du Tunnel qui, l’an dernier, avait été le théâtre de jeux d’eau impertinents. Au programme des six jours de liesse? 89 productions d’arts vivants, de cirque et de musique, de grande qualité et toujours gratuites. M.-P. G.

Lausanne. divers lieux. du 9 au 14 juillet. festivalcite.ch

La Plage des Six Pompes

C’est, sans hésiter, le rendez-vous le plus chaleureux et le plus joyeux de l’été. Emmené par son tonitruant programmateur, Manu Moser, ce festival de spectacles de rue sait allier la poésie d’un moment très délicat avec le chambardement d’une proposition ultra-déjantée. De la parade de rue au spectacle d’échasses africaines, en passant par un stand up provoc, chaque épisode de cette saga chaux-de-fonnière de sept jours vaut le déplacement. Le public, 100 000 personnes l’an dernier, ne s’y trompe pas. Il faut parfois venir très tôt avant les représentations pour pouvoir apprécier le show. «Etre fédérateur, se sentir proche, nourrir et être nourri en retour, voir des étoiles dans les yeux des spectateurs et vibrer, toujours vibrer, à l’unisson, tout doucement ou très fortement», tel est le désir de l’équipe de la Plage pour cette 26e édition. Chaque année, le miracle est renouvelé. M.-P. G.

La Chaux-de-Fonds. du 4 au 10 août. laplage.ch

Le far° festival des arts vivants

L’an dernier, le rendez-vous le plus pointu de l’été s’est intéressé au chambardement. Anthropocentrisme, post-colonialisme, sexisme, tous les «ismes» totalitaires ont été mis cul par-dessus tête, à Nyon. Cette année, et toujours aux Marchandises, sur la place centrale, la 35e édition du far° colle à l’époque. Sous le titre Organique, la manifestation «questionne notre relation à la nature, l’humain et le non-humain». Durant onze jours, des projets artistiques vont mêler «le végétal, l’humain, le fongique, le minéral et la technologie», annonce Véronique Ferrero Delacoste, prêtresse verte des opérations. «Les artistes à l’affiche se réapproprient des savoirs ancestraux, collaborent avec des micro-organismes ou examinent comment la législation et la justice peuvent servir l’écosystème.» Pointu, on vous l’a dit, et surtout, passionnant. M.-P. G.

Nyon. Du 14 au 24 août. far-nyon.ch

La Bâtie

Au bout de l’été, la promesse de nuits qui sont des vagues de désir, de tendresse, d’intelligence. Electriques, les artistes de la Bâtie vous attendent. On peut encore essayer de trouver des placespour Tous des oiseaux, spectacle choc de Wajdi Mouawad – du 29 au 31 août. On peut se laisser appeler par Einstein on the beach, cet opéra de Philip Glass sur un livret de Bob Wilson, monté par Daniele Finzi Pasca au Grand Théâtre, du 11 au 15 septembre. On ne doit pas résister au chant d’Hildegard von Bingen, abbesse du XIIIe siècle et musicienne céleste. Le danseur François Chaignaud et la musicienne Marie-Pierre Brébant la célébreront dans Symphonia Harmoniæ Cælestium Revelationum. On peut enfin se jeter aux genoux de l’actrice Anna Lemonaki qui rugit d’amour et de chagrin dans Fuchsia sanglant, du 8 au 12 septembre. La vague de La Bâtie autorise toutes les tocades. A. DF

Genève. du 31 août au 1er septembre. batie.ch


Classique 

Gstaad Menuhin

Cette année, le Gstaad Menuhin se fait… parisien. Non, le festival ne quittera pas l’Oberland bernois pour investir les bords de Seine, mais rendra hommage à la capitale française. Ainsi, les artistes ont été invités à s’emparer de partitions composées dans l’Hexagone: l’orchestre de l’Opéra de Zurich et Marco Armiliato s’attaqueront à Carmen (le 24 août), tandis que l’Orchestre philharmonique de Rotterdam et Lahav Shani feront virevolter La Valse de Ravel (le 25 août). On entendra aussi le Concerto pour violoncelle n° 1 de Saint-Saëns sous l’archet de Gautier Capuçon avec l’Orchestre philharmonique de Radio France (le 31 août).

Les artistes français d’aujourd’hui seront aussi de la partie, à commencer par le pianiste Bertrand Chamayou, en résidence, mais aussi la soprano Patricia Petibon ou le claveciniste Jean Rondeau. Mais le festival ira quand même se promener au-delà des frontières françaises: Sir Andras Schiff déclinera le Clavier bien tempéré de Bach (le 19 juillet) et la pianiste Gabriela Montero improvisera sur un film de Chaplin (le 6 août). Quant au concert réunissant Cecilia Bartoli et son ensemble, c’est Vivaldi qu’il mettra à l’honneur (le 23 août). Des voyages pour mélomanes mais aussi pour les plus jeunes avec, entre autres, un carnaval musical où même l’âne veut chanter. Virginie Nussbaum

Gstaad, divers lieux du 18 juillet au 6 septembre.  gstaadmenuhinfestival.ch

Variations musicales de Tannay

C’est une petite commune qui accueille de grands noms: depuis dix ans, Tannay, à la frontière entre Vaud et Genève, a son festival. Devenu un incontournable rendez-vous classique de La Côte, les «Variations» accueillent, dans le parc du château, des artistes en vue comme des talents prometteurs. Cette édition anniversaire se placera sous le signe de la fratrie: au programme, les flamboyantes sœurs Kathia et Gvantsa Buniatishvili, Renaud et Gautier Capuçon – le premier accompagné de ses Lausanne Soloists – mais aussi Edgar Moreau, au violoncelle, rejoint par Jérémie, son cadet et pianiste remarqué. Le public pourra aussi découvrir Adélaïde Ferrière, percussionniste de 22 ans qui fera chanter son marimba, ou voir le jeune Kit Armstrong, prodige du clavier faire ses débuts à Tannay. V.N.

Tannay (VD), Château du 16 août au 19 août. musicales-tannay.ch

Les Jardins musicaux

A l’image de la campagne dans laquelle il se niche, ce festival est frais et frétillant. Les chiffres parlent d’eux-mêmes: les Jardins musicaux cette année, c’est 40 représentations et 240 artistes. Du classique, comme Roméo et Juliette de Prokofiev joué par l’orchestre du festival, mais surtout des hybridations: entre orchestre et cinéma, avec Le Mécano de la générale de Buster Keaton accompagné d’une composition commandée pour l’occasion; entre musique et découvertes, avec les fameuses Bal(l) ades… qui invitent le public dans des lieux originaux de la région, comme l’Ancienne usine de pâte de bois de Rondchâtel, où ils écouteront Le Tribun de Mauricio Kagel; ou encore entre les genres avec, pour les 50 ans de Woodstock, un concert dans les serres réunissant Louis Jucker, Carolina Katun ou encore le beatboxer Arthur Henry. V. N.

Cernier (NE). Grange aux concerts. du 17 août au 1er septembre. jardinsmusicaux.ch

Verbier Festival

Après l’édition du quart de siècle l’an dernier, une réussite financière et artistique, difficile pour le Verbier Festival de remettre le couvert? Que nenni. D’autant que cet été, le grand rendez-vous classique mise sur la nouveauté: 20 artistes, dont certains issus de l’Academy, feront leurs premiers pas sur les hauteurs de la station. C’est le cas du pianiste George Li et du violoncelliste Sheku Kanneh-Mason – connu pour sa performance au mariage du prince Harry et Meghan Markle. Les habitués ne bouderont pas leur plaisir pour autant, à l’image de Renaud Capuçon, Evgeny Kissin ou Daniil Trifonov. Et c’est évidemment le directeur du Verbier Festival Orchestra, Valery Gergiev, qui ouvrira le bal dans le 2e Concerto de Bartok. Quant au off du festival, l’Unlimited, il offre cette année encore un florilège d’expériences originales: un 1er Août entre cor des Alpes et électro expérimentale, la Misatango de Palmeri destinée aux oiseaux de nuit ou encore une rencontre autour de la musique augmentée. V. N.

Verbier du 18 juillet au 3 août. verbierfestival.com

Festival classique des Haudères

Si vos pérégrinations estivales vous emmènent jusque sur les flancs du val d’Hérens, prévoyez un arrêt par les Haudères. Situé à quelques kilomètres d’Evolène, ce village plein de charme donne, entre les murs bleu nuit de sa chapelle, un petit festival où le classique se fait intimiste. C’est le clarinettiste Kevin Spagnolo, lauréat du Concours de Genève 2018, qui ouvrira cette 18e édition, aux côtés du pianiste Carlos Sanchis Aguirre, avec la première Sonate de Brahms et l’Andante & Allegro de Chausson. Un autre duo, ou quatre mains, composé de Cédric Pescia et Philippe Cassard, continuera la ronde le 29. Avant que le Quatuor Terpsycordes, accompagné de Lionel Monnet et Irina-Kalina Goudeva, ne s’emparent de La Truite de Schubert. Entre autres réjouissances alpestres...V. N.

Les Haudères (VS), ancienne chapelle du 27 juillet au 3 août. festivalhauderes.ch

Rencontres musicales de Champéry

Champéry, au cœur du val d’Illiez, fête les 20 ans de ses Rencontres musicales: trois semaines de concerts dans une ambiance conviviale. D’abord discrètes, les Rencontres ont fidélisé, au fil des années, un public romand et étranger, combinant programmation qualitative et acoustique particulière de ses lieux – le temple protestant et l’église catholique de la commune. Cette année, l’édition anniversaire sera inaugurée par un concert célébrant les Dents-du-Midi, avec une œuvre créée pour l’occasion par le compositeur Kerry Woodward. Le lendemain, mais aussi les 31 juillet et 4 août, l’Orchestre royal de chambre de Wallonie déclinera Beethoven, Carl Nielsen ou Ernest Chausson. Des fidèles seront aussi de retour, comme Estelle Revaz, Olivier Cavé ou encore le quatuor Sine Nomine. Et pour ceux qui voudraient voir – et entendre – les choses de plus haut, le Geneva Brass Quintet fera résonner ses cuivres au sommet du téléphérique de la Croix de Culet. V. N.

Champéry (VS), du 28 juillet au 17 août. rencontres-musicales.ch


Musiques actuelles 

Montreux Jazz Festival

La 53e édition de la manifestation propose le plus gros concert qu’elle ait jamais organisé. Quelque 15 000 personnes assisteront le 29 juin au show d’Elton John organisé en plein air au stade de la Saussaz. Le lendemain, autre première, l’Auditorium Stravinski accueille Janet Jackson, cadette d’une fratrie qu’on ne présente plus. Le MJF 2019 sera pour le reste comme de coutume joliment équilibré, entre pop et rock (Slash, Bon Iver, Thom Yorke, Joe Jackson – rien à voir avec la famille précitée), jazz (Bobby McFerrin, Billy Cobham, Chick Corea), soul et R’n’B (Janelle Monae, Lauryn Hill, Rita Ora), rap (Columbine, $uicideboy$), électro (The Chemical Brothers, Apparat) et musiques du monde (Seun Kuti & Egypt 80, Amadou & Mariam). Une belle affiche sans événement véritablement saillant et immanquable. Stéphane Gobbo.

Montreux, du 28 juin au 13 juillet. montreuxjazzfestival.ch

Paléo Festival

Stupeur à Nyon, il reste encore des places pour les deux dernières soirées de la 43e édition du Paléo. L’occasion de voir l’ultime représentation du spectacle «Le Fric» des deux Vincent, de découvrir la rencontre de Stephan Eicher avec une fanfare pétaradante et une beatmaker, de danser avec Etienne de Crecy, Jacob Banks et Youssoupha, de vibrer avec Robert Charlebois et Cœur de Pirate, ou encore d’entendre Jane Birkin célébrer son Serge en version symphonique, avant que sa fille Lou Doillon ne démontre avec son folk-rock qu’elle n’a rien à envier à sa demi-sœur Charlotte qui, elle, sera à Nyon le mardi 23. S. G.

Nyon, plaine de l’asse, du 23 au 28 juillet. paleo.ch

L’Estivale

Eté après été, le festival staviacois se distingue avec de jolies têtes d’affiche à déguster dans un cadre parfaitement dimensionné. Cette année, il y a du bon côté rap francophone (Roméo Elvis, OrelSan, Disiz la Peste) et du rock qui décoiffe (The Hives, The Offspring). Et aussi une soirée 100% variété avec Julien Clerc, Pascal Obispo et Bernard Lavilliers. S. G.

Estavayer-le-Lac, Place Nova Friburgo, du 31 juillet au 3 août. estivale.ch

Rocklette

Le PALP Festival investit le Valais durant tout l’été. Il est interdisciplinaire, impertinent, surprenant et essentiel. Sorte de festival dans le festival, sa Rocklette est en quelques années devenue une institution. Son concept est aussi simple qu’efficace: écouter de la bonne musique dans la nature en sirotant du blanc et en dégustant une raclette. Après un mémorable après-midi qui l’an dernier avait réuni The Limiñanas et The Brian Jonestown Massacre, le barrage de Mauvoisin accueille pour la mi-août les Américains de Gossip, fraîchement reformés, et les inoxydables Young Gods, fleuron du rock industriel romand. Immanquable. S. G.

Val de bagnes, divers lieux. du 10 au 15 août. palpfestival.ch

Jval Openair

Joli coup pour le petit festival vaudois qui programme comme toujours le meilleur de la scène suisse (Black Sea Dahu, Yellow Teeth, Louis Jucker), mais s’offre aussi cette année le disco-rock des Américains de !!! (Chk Chk Chk), et l’afro-pop des Franco-Congolais Tshegue. S.G.

Begins Serreaux-Dessus jval.ch

Les Georges

Centré sur la place Georges-Python (qui selon toute vraisemblance a dû lui donner son nom), le Festival Les Georges s’est toujours caractérisé par une programmation qui fait la part belle aux plaisirs directs. On y note cette année également (au-delà des têtes d’affiche que sont Feu! Chatterton ou Temples) une belle ouverture sur les sons d’ailleurs avec le rock touareg de Tamikrest et, surtout, Ammar 808: ce projet mené par le Tunisien Sofyann Ben Youssef imagine, comme il le dit lui-même, une forme de Maghreb du futur, un entremêlement de modes orientaux et de rythmes électroniques qui vous concassent. Philippe Simon.

Fribourg, place georges-python, du 15 au 20 juillet. lesgeorges.ch

Nox Orae

C’est une litote que de considérer que Nox Orae est devenu l’un des rendez-vous marquants de l’été romand. Il maintient son cap avec des signatures prestigieuses (Deerhunter, The Flaming Lips, Spiritualized) et principalement celle de Low: le rock austère et sépulcral du trio américain est une expériences des plus poétiques. On notera également la présence d’Hyperculte (les Genevois Simone Aubert et Vincent Berthollet) dont le dernier album, Massif occidental, est un sommet de krautrock foutraque. P.S.

La tour-de-Peilz, jardin roussy, du 29 au 30 août. noxorae.ch

Rock Altitude

Le rendez-vous loclois est une machine de guerre aux musiques dures. L’édition 2019 ne bouleverse pas la (bonne) recette: le metal aux proportions épiques de Cult of Luna, le shoegaze plombé de A Place To Bury Strangers, les tricoteurs de riffs affolants de Meshuggah, les ferrailleurs locaux de Promethee et ceux de Herod, tout est fait ici pour se loger avec puissance dans le canal auditif. On signalera toutefois quelques moments de respiration (quoique grave et détraquée), entre autres avec la présence d’Emilie Zoé. P.S.

Le Locle, jardin roussy, du 14 au 17 août. rockaltitude.ch

Hautes Fréquences

Un festival à Leysin? Il y a de quoi donner des frissons de nostalgie aux plus âgés d’entre nous. Mais Hautes Fréquences n’a rien à voir avec son glorieux devancier: attendez-vous plutôt aujourd’hui à faire des découvertes étonnantes, comme celle du punk de synthèse (sombre et violent) de Maria Violenza. Vous repérerez aussi certainement l’electro tubulaire de Flammkuch (qui s’était par ailleurs produit dans notre rédaction). Et vous devrez absolument vous rapprocher des Genevois d’Amami: ces jeunes gens vous forgent un dub d’éthiopiques, plein d’électrons, qui est appelé à compter, on le parie. P.S.

Leysin (VS). Vendredi 16 et samedi 17 août. hautesfrequences.ch

Les Digitales

Les Digitales, c’est l’incubateur des musiques d’ici et de demain. A chaque édition, une poignée de villes (Zurich, Porrentruy, Paradiso, Berne, Lucerne et Fribourg pour cette année) accueillent dans un parc public des expérimentateurs de tout poil. Ce sont généralement des musiciens en chambre (entendez par là des amateurs dans le meilleur sens du terme), et c’est bien pour cela que ce qu’ils défrichent est toujours à la fois extrêmement étonnant et revigorant: ça vibre, ça éclate, ça grésille et c’est gratuit. P.S.

Suisse romande, diverses villes, du 4 août au 14 septembre. lesdigitales.ch


Expositions 

Robert Walser Sculpture

Depuis 1954 a lieu, tous les quatre à six ans, l’exposition suisse de sculptures à Bienne. Pour sa 13e édition, l’artiste suisse Thomas Hirschhorn a créé un projet autour de Robert Walser, grand auteur biennois. Imaginé sous la forme d’une gigantesque installation sur la place de la Gare, cette sculpture, qui est autant sociale qu’artistique, est conçue comme un rendez-vous public, ouvert à tous, autour de la figure de l’écrivain. Ce mélange de formes sculpturales et de discours sera accessible pendant douze heures chaque jour et implique la participation de nombreux acteurs locaux (associations, institutions, artistes, auteurs…).L. T.

Bienne, place de la gare jusqu’au 8 septembre. robertwalser-sculpture.com

Vision Art Festival Valais

Organisé entre 1500 m et 3000 m d’altitude, dans l’environnement des Alpes valaisannes et de la vallée du Rhône, le festival Visions fait se rencontrer l’art urbain, le street art et la nature. Chaque année, des créateurs venus du monde entier sont invités à venir s’inspirer de la beauté du paysage pour produire des œuvres sur les murs de la station de Crans-Montana, et adoucir, avec leur création, la confrontation entre le béton et la nature. L’ensemble de ces œuvres a constitué, année après année, un véritable musée à ciel ouvert.L.T.

Crans-montana, divers lieux, du 22 au 31 juillet. crans-montana.ch

Not Vital, Parkin

Né en 1948 en Engadine, Not Vital vit désormais en nomade entre cinq continents, mais reste attaché à son pays natal. En 1998, il a acquis un parc abandonné de Sent, conçu dans la première moitié du XXe siècle par un architecte suisse. Avec l’aide de son frère, il l’a transformé en un jardin de sculptures qui se visite exclusivement en été. Noyées dans une nature puissante, les œuvres relèvent de ce mélange d’architecture, de sculpture et d’installation qui caractérise le travail de l’artiste grison. Ce parc est ainsi l’une des sources de son inspiration.L.T.

Sent (GR). Parc sculptural. ouverture les vendredis, jusqu’à début octobre.   fundaziun.notvital.ch

Publicité