Et si on parlait de la forme? Toute l'année, nous nous efforçons de ne pas nous laisser séduire par l'emballage et de rester fermement accrochés au contenu. Le fond, rien que le fond, c'est ce qui compte pour les critiques. Et c'est ce qui comptera toujours en priorité.

Mais le livre, le disque, le DVD sont de plus en plus souvent conçus comme des objets de désir. En caressant la couverture de soie de la dernière monographie de Titien, en ouvrant le coffret des plus grands opéras du monde, c'est à notre sensualité que l'objet culturel parle d'abord.

C'est Noël, direz-vous, c'est une saison d'exception. Pas tant que cela. Le travail qui consiste à imaginer un support qui soit en résonance intelligente avec son contenu est un métier d'avenir. Car le téléchargement de musique et maintenant aussi de textes (l'e-book dernière génération qui vient de sortir aux Etats-Unis est très prometteur) encourage toujours davantage les éditeurs à travailler la forme de l'objet culturel pour concurrencer le virtuel.

En huit pages, nos critiques déclinent ici, domaine après domaine, le meilleur de ces objets de désir, tendance hiver 07-08. En regard, six créateurs nous confient leurs vœux de cadeaux: un opéra à Lausanne, la fin de la faim dans le monde... Leurs souhaits sont souvent bien moins matériels que nos propositions. Le Père Noël serait-il aussi un peu designer d'utopies?