«La Fête des Vignerons de Vevey a surpassé l’attente générale et laissé dans tous les cœurs les plus intéressants souvenirs. On convient généralement qu’il était impossible d’exercer plus de pouvoir sur les âmes, d’inspirer à la fois plus d’émotion et plus d’étonnement, et de mieux allier la magnificence des arts à l’abandon d’une fête champêtre. Tous les spectateurs sont revenus non pas froidement satisfaits, mais vraiment enthousiastes. Les étrangers même, accoutumés aux prestiges des grandes cités n’ont eu là-dessus qu’une seule opinion. Chacun a admiré la belle ordonnance de la fête, la richesse des costumes, la variété des tableaux, l’élégance et la précision de tous leurs mouvements. Cerès, Palès pouvaient, sans beaucoup d’illusion, se croire dans leur terre natale. La Grèce ne leur offrit jamais des hommages plus touchans [sic] et plus solennels; Bacchus n’y obtenait pas un culte plus sincère.

Lire aussi l'opinion: Une Fête qui resplendit loin à la ronde