Livres

La Fête des Vignerons se livre par écrit

Le metteur en scène Daniele Finzi Pasca publie «Blanc sur blanc», un récit poétique, et le librettiste Blaise Hofmann «Jour de fête», un guide illustré à l’intention des jeunes lecteurs. Une mise en bouche recommandée

Ruggero est comme un Petit Nicolas qu’aurait pas eu de bol. Inadapté au monde réel, il voit l’invisible et «crache des fées»; alors son papa lui cogne dessus. Plein de colère, il tue les lézards, électrocute les chats et massacre les réverbères au lance-pierre. Devenu grand, l’enfant martyr échoue régulièrement à la clinique de Mendrisio. Il traverse la vie avec, crochées à sa ceinture, les clés qui ouvrent les portes permettant de fuir. Au Mexique ou au Tessin, il voyage dans des trains et des bus qui disparaissent et réapparaissent – «Si tu as pris le 59, sache qu’il n’existe pas»…

Il rencontre Elena, la fille d’une changeuse d’ampoules, avec laquelle il a une liaison amoureuse intermittente, et rêve de 200 mots pour «aimer», tant il est vrai qu’on n’aime pas de la même manière une femme, une meringue ou les toits en pierre du Val Verzasca. Avec Elena, il prend d’autres trains qui n’existent pas, se retrouve coincé dans un wagon avec un hippopotame, pénètre dans la gueule de ce Béhémoth, se retrouve dans une Inde pleine d’ombres et de miasmes…

Blanc sur blanc a été un spectacle, créé à Bellinzone en 2014 par la Compagnie Finzi Pasca, avec Helena Bittencourt et Goos Meeuwsen dans les rôles d’Elena et de Ruggero. Quelque 50 000 personnes dans 45 villes ont applaudi la femme et l’hippopotame faisant des claquettes comme quatre sous une voûte céleste étoilée d’ampoules. Avant d’être élagué et adapté pour la scène, le texte existait sous une forme littéraire, aujourd’hui éditée.

Quand on loue ses livres, Daniele Finzi Pasca botte en touche: «Comme homme de théâtre, je ne cesse de modifier mes textes, de les fignoler. Que les mots se déposent à jamais me donne toujours un peu le vertige. Je ne me sens pas un écrivain. Je suis un homme qui utilise les mots sans penser qu’ils vont rester.» Cette modestie n’est pas de mise. Blanc sur blanc a de grandes qualités littéraires et poétiques. Il ressortit au réalisme magique latino-américain, évoque les métamorphoses emblématiques de l’univers de Miyazaki, lance des définitions, telle «La musique est un cochon mal rôti», qui auraient leur place dans le Manifeste du surréalisme.

L’auteur et le narrateur se confondent. Le Lugano natal de Daniele, le souvenir de son séjour à Calcutta, le deuil de sa compagne Julie Hamelin Finzi infusent la confusion de Ruggero, dont les délires, la fièvre et la clairvoyance se posent en métaphore du travail de l’artiste.

Chaudes couleurs

Ecrivain voyageur, Blaise Hofmann est l’un des deux librettistes de la Fête des Vignerons, à laquelle il consacre Jour de fête. Cette approche didactique et poétique du grand spectacle veveysan commence par un rêve dans lequel s’éploie une nuée d’étourneaux, «Un nuage noir qui respire comme un poumon/Qui se gonfle comme une voile, qui bat comme un cœur». Cette forme mouvante évoque déjà les mutations du soleil en raisin, du raisin en vin et du vin en musique.

A travers les angoisses et les joies de la petite Jeanne, une des 6000 figurantes de la fête de 2019, l’écrivain raconte l’histoire de la fête, de ses lointaines origines, jusqu’à l’accomplissement de la prochaine. Fanny Dreyer rehausse le texte de panoramas lémaniques et de cortèges de personnages costumés aux chaudes couleurs.


Genre: Récit poétique

Auteur: Daniele Finzi Pasca

Titre: Blanc sur blanc

Traduction: De l’italien par Christian Viredaz

Editeur: Editions d’en bas

Pages: 120

 

Genre: Jeunesse

Auteur: Blaise Hofmann (texte) et Fanny Dreyer (dessins)

Titre: Jour de fête. Fête des Vignerons

Editeur: La Joie de lire

Pages: 120

 

 

Explorez le contenu du dossier

Publicité