Thierry Loup est euphorique. Au moment de lever le rideau sur la deuxième saison de l'Espace Nuithonie, son directeur jette un œil ravi dans le rétroviseur. Le public s'est rendu en nombre à Villars-sur-Glâne, faisant honneur aux 34 spectacles à l'affiche la saison passée. «Nous sommes sur un nuage, commente Thierry Loup, d'autant que la population de Fribourg a dit oui à la nouvelle salle dont j'aurai aussi la responsabilité. Maintenant, il faut que le public confirme son adhésion à notre programmation.»

Trente-sept spectacles d'octobre à mai, dont sept créations maison. Thierry Loup n'oublie pas les créateurs régionaux. «Nous n'accueillons pas seulement des spectacles, nous en fabriquons, c'est la mission du lieu», explique le directeur. La danse est choyée. La compagnie fribourgeoise Da Motus profitera du studio de répétitions pendant trois mois avant de présenter Attention, sa nouvelle création (dès le 6 décembre).

Et le programme théâtral? Riche. Avec des coups de projecteur sur des artistes prometteurs comme le Fribourgeois François Gremaud qui montera Violette rit encore, pièce de trois jeunes comédiennes (dès le 21 mars). Nicolas Rossier et Véronique Pasquier marieront Feydeau et Labiche: ils plongeront dans une bassine acide On purge bébé! et Mon Isménie! (en mai). Les vedettes, elles, feront couler des larmes: Romane Bohringer est poignante, paraît-il, en jeune femme atteinte d'un cancer dans Face de cuillère (les 7 et 8 février). Et la chanteuse Luz Cazal promet la volupté (le 29 mars). «Je l'adore, c'est sa seule date en Suisse», s'enflamme Thierry Loup. Porté par cet enthousiasme, Nuithonie a de belles nuits devant soi.

Rens. http://www.nuithonie.ch