JEUX VIDÉO

«FIFA 17», la simulation de foot qui se la joue perso

Le plus célèbre des jeux vidéo de football effectue son retour avec une édition 2017 au gameplay retravaillé, dont un mode solo scénarisé comme un film

C’est peu dire que les fans du jeu «FIFA» aiment le mois de septembre. Synonyme de rentrée des grandes compétitions européennes de football, le premier mois d’automne sonne également l’arrivée de la nouvelle simulation sportive de l’éditeur Electronic Arts. Jeu vidéo le plus vendu en Suisse sur les deux dernières années, «FIFA» reste cet objet de tous les superlatifs. Ses tournois en ligne regroupent chaque jour des millions d’utilisateurs. «Le Temps» a testé sa version 2017 – sortie jeudi – en conditions réelles: sur un canapé exigu, en attente d’une rencontre de Champions League.

Gouttes de sueur

Notre premier match virtuel oppose Chelsea et Manchester United, deux grosses écuries anglaises qui ont flambé lors du dernier marché des transferts. On sent tout de suite que les développeurs de «FIFA 17» ont mis le paquet sur la Premier League, ses stars et ses ruineuses licences. Hazard et Martial – deux des quatre joueurs qui illustrent la pochette du jeu – sont hyperréalistes. De même que le toujours très médiatique Mourinho, qui marque l’entrée des entraîneurs dans le panthéon de la modélisation.

Avant le coup d’envoi, la caméra s’attarde longuement sur les détails du stade. Les effets de lumière des projecteurs transpirent la fièvre du soir de match. Avec l’avancement de la partie, des gouttes de sueur apparaissent sur les visages des joueurs. Dans le match qui oppose depuis plus d’une décennie la franchise «FIFA» et son concurrent «Pro Evolution Soccer» (PES), de l’éditeur japonais Konami, les détails forgent la réputation. Légèrement distancée par PES ces dernières années sur le plan esthétique, «FIFA» s’est offert un lifting avec son nouveau moteur graphique Frostbite (celui de «Battlefield», pour les connaisseurs), qui promet jusqu’à trois fois plus de séquences en cinématique. A l’image des célébrations de but façon pistolero (Suárez) ou dab dance (Pogba). D’autres variétés peuvent être achetées via des points d’expérience acquis pendant les parties (business as usual).

Lire aussi: Le marché noir des transferts ronge déjà le jeu vidéo FIFA 17

La course de Pogba

Côté prise en main, armez-vous de patience si vous êtes un habitué. Le gameplay a été retravaillé avec un jeu physique beaucoup plus varié et réaliste: les joueurs puissants récupèrent par exemple plus facilement des balles. Si vous ne vous consolez pas de ne pas pouvoir prendre le ballon à un Pogba, vous pourrez toujours vous moquer de son atypique style de course, façon «7.7 frère».

Tout le système de coups de pied arrêtés a également été repensé. Vous tirerez d’ailleurs probablement votre premier penalty comme un junior de l’école de foot. Sur les corners, une cible permet désormais de déposer le ballon où bon vous semblera. C’est la grosse déception du jeu. Cette nouvelle formule n’ajoute pas grand-chose à la jouabilité tout en manquant régulièrement de précision.

Autre modification importante: le rythme de jeu a été ralenti par rapport à l’édition 2016. Fini les cavalcades d’ailiers en mode «Sonic». Un peu frustrant au début mais la plus grande variété de gestes offensifs ajoute un bonus de réalisme à «FIFA 17». Dommage qu’EA Sports ait oublié le 5e arbitre et le nouveau style de coup d’envoi à un attaquant.

Mode carrière linéaire

La plus grosse innovation du jeu réside sans doute dans son mode carrière «L’aventure» qui permet d’incarner Alex Hunter, jeune espoir du football anglais, dans sa course vers les sommets de la gloire. Célèbre pour ses tournois multijoueurs, la franchise FIFA avait déjà lancé, dans une édition précédente un mode permettant d’incarner un seul joueur. L’expérience s’était révélée particulièrement rasoir.

Depuis, l’intelligence artificielle a été retravaillée et les cinématiques ponctuant les exploits d’Alex Hunter permettent de relancer l’intérêt du joueur. Pas sûr que les puristes de simulations se laissent distraire longtemps par ce minijeu d’aventure. Les autres se la joueront sans doute «perso» pendant plusieurs heures.


Y jouer

FIFA 17, ed. EA Sports, pour PS4, Xbox One et Microsoft Windows 


FIFA 17 testé 
par les joueurs 
du Lausanne-Sport

Vous vous êtes déjà demandé ce que ça ferait que de s’incarner soi-
même dans un jeu? Les joueurs du Lausanne-Sport – Jérémy Manière, Alexandre Pasche, Musa Araz et Thomas Castella – nous ont répondu avec humour autour d’une partie pas comme les autres. 


Publicité