baromètre

Le FIFDH dévoile le programme de sa 16e édition: riche et actuel

Le Festival du film et forum international sur les droits humains a entre autres choisi un thème novateur qui promet d’animer les débats: les relations conflictuelles entre les droits humains et la technologie

Le Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) est passé maître dans l’art de traquer les soubresauts du monde et d’en rendre compte en ouvrant la discussion et en traçant de nouveaux horizons. Sa sélection officielle, présentée mardi, décline ainsi des thèmes devenus incontournables, tels le réchauffement climatique et ses conséquences sur les migrations ou les mouvements anti-démocratiques qui ont secoué l’année 2017. La question technologique, moins attendue, sera aussi sur le devant de la scène.

Le 17 mars, on évoquera notamment l’essor des nouvelles armes militaires autonomes, en présence du fondateur de la campagne Stop Killer Robots, Stephen Goose, et du directeur général du CICR, Yves Daccord. Un sujet plus réjouissant, la libération de la parole féminine grâce aux réseaux sociaux, fera aussi l’objet d’une soirée spéciale le 11 mars.

Un festival qui prône les valeurs du débat, mais qui ne propose pas d’avis contradictoires, le parti pris peut surprendre mais il est parfaitement assumé par Bruno Giussani, président de la fondation du FIFDH: «Nous restons un espace critique face à la violence globalisée, la montée des extrémismes qui mettent en péril la dignité humaine.»

Des intervenants de haut vol

Les programmateurs réussissent quelques belles prises. Persécutée par le régime vénézuélien de Nicolas Maduro, la procureure générale Luisa Ortega Diaz fera le voyage de Genève, ainsi que l’acteur mexicain Gael Garcia Bernal (Che Guevara dans les Carnets de voyage de Walter Salles), qui viendra dénoncer l’impunité qui meurtrit son pays.

Par ailleurs, pour célébrer le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, le FIFDH lance une tournée de projections et de débats dans 45 pays, dont la Chine, la Russie et l’Arabie saoudite, en collaboration avec le Département fédéral des affaires étrangères et le Haut Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme.

Selon la directrice du festival, Isabelle Gattiker, l’objectif est «aussi de compléter ce qui ne se dit pas dans le Conseil des droits de l’homme. Nous sommes très fiers d’inviter la population civile à animer le débat.» Autre nouveauté: le FIFDH for Kids, des projections réservées aux plus petits et à leurs parents.

En pleine expansion, le festival présente un budget stable de 1,8 million de francs. Il investira 57 lieux, dont 14 nouveaux espaces tels que Les Berges de Vessy, les Bains des Pâquis ou l’EPFL. La prison pour femmes de Champ-Dollon sera même invitée à décerner un prix.


Le programme complet du FIFDH est à consulter ici.

Publicité