Presse

Fin de la grève à Tamedia

Après trois jours de protestation, les grévistes ont obtenu une reprise des discussions avec leur employeur. Ils arrêtent la grève dès jeudi minuit

Les salariés des titres romands de Tamedia, en grève depuis mardi 16h en réaction à la suppression du Matin papier et aux 36 licenciements liés, ont réussi à relancer les discussions avec leur employeur. Ils arrêtent donc leur grève dès jeudi minuit. Les journaux des titres romands de Tamedia (à l’exception de 20 minutes) seront toutefois encore réduits ce vendredi.

La médiation a été acceptée à l'unanimité des rédactions en assemblée générale, relèvent pour leur part les syndicats Impressum et syndicom. Les journalistes grévistes seront de retour au travail dès vendredi 8h ou selon leur horaire. Tamedia s'est engagé à renoncer à toute mesure de rétorsion.

Les deux parties se rencontreront la semaine prochaine sous l’égide de l’organe vaudois de conciliation. La médiation sera conduite par Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat vaudois et Philippe Leuba, chef du Département vaudois de l’économie, de l’innovation et du sport. L’Etat de Vaud précise que «les délais des licenciements notifiés à ce jour sont suspendus». Une première séance est agendée au lundi 9 juillet.

Solidarité et union

«Au fil des trois jours de conflit, la centaine de grévistes s'est toujours montrée solidaire et unie. L'attitude des collaborateurs sera la même tout au long de la période qui s'ouvre maintenant», notent les syndicats dans leur communiqué de presse commun.

Fin juin, Tamedia a rejeté toutes les alternatives proposées par la rédaction. Il a annoncé 36 licenciements dont 22 dans la rédaction et quatre réductions de temps de travail. L'éditeur zurichois affirme que le journal a perdu 34 millions de francs au cours des dix dernières années et qu'il veut désormais le développer comme "une marque numérique solide avec une rédaction dédiée".

Publicité