jazz

Flamboyante relève manouche

(Dreyfus/Disques Office) Adrien Moignard et Rocky Gresset subliment la filiation à Django Reinhardt

Genre: jazz
Qui ? Adrien Moignard& Rocky Gresset
Titre: Entre actes
Chez qui ? (Dreyfus/Disques Office)

Etonnants Manouches! Les voilà qui réinventent le duo de guitares. On exagère, mais c’est vrai qu’on entend d’abord, au fil de ces échanges qui devraient en rappeler tant d’autres, tout ce que cette rencontre n’est pas. On vous en épargne l’inventaire, mais disons que l’horizon d’attente d’une confrontation entre deux guitaristes manouches est en principe celui d’une virtuosité à achever un cardiaque.

On ne sait pas si Adrien ­Moignard et Rocky Gresset se sont cherchés longuement avant le coup d’éclat de ce disque à la gémellité troublante, mais il est certain qu’ils se trouvent instantanément, dès le «Belleville» liminaire dû à la plume de Django ­Reinhardt. Il est question ici d’une invention sans temps mort, mais le miracle va beaucoup plus loin.

Comme si les duettistes, en bons représentants de la génération manouche montante, n’étaient fidèles ni à l’esprit ni à la lettre de Django et retrouvaient pourtant l’un et l’autre au terme d’un détour assez vertigineux: la lettre, par toute une série d’emprunts, probablement pas tous conscients, au génie reinhardtien; l’esprit, parce que si Django avait vécu assez longtemps pour parachever son évolution stylistique, et pour déposer ses notes sur le «How Deep Is Your Love» de Barry Gibb, le «Bluesette» de Toots Thielemans ou le «Misty» d’Erroll Garner, ces thèmes auraient sonné à peu près comme ils le font ici. On en a du moins la conviction, et c’est le plus beau compliment qu’on puisse faire au tandem ­Moignard-Gresset.

Publicité