Publicité

Fonctionnaires onusiens, tous Afro-Brésiliens

En présence de Micheline Calmy-Rey et de Kofi Annan, l'idole brésilienne a fait se déhancher le public, grisé par la vitalité de sa musique.

Gilberto Gil se présente tout de blanc vêtu devant la «famille onusienne», dans un Victoria Hall frémissant et archicomble; il est brièvement introduit par le secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, après la Canadienne Louise Arbour qui a succédé au poste de Sergio Vieira de Mello, après la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey. Quelques secondes après l'apparition du chanteur, la salle entière répond en rythme avec autant de ferveur que l'aurait fait un public brésilien. Or toutes les civilisations du monde se côtoient, ce soir-là, où l'on a pu voir de dignes et sévères fonctionnaires internationaux se changer en Afro-Brésiliens déhanchés et désinhibés. Soirée émouvante qui oppose à la tristesse, à la révolte une musique d'une puissante vitalité, forte des convictions dont Gilberto Gil et ses musiciens se font porteurs – tous instrumentistes de première force, parmi lesquels le légendaire percussionniste Marcos Suzano.