Tombée dans l'oubli, l'Encyclopédie d'Yverdon fait l'objet d'une redécouverte dans les années 1980, grâce au renouveau des études sur l'encyclopédisme. Une universitaire américaine, Clorinda Donato, réalise l'inventaire des 75 000 articles, un instrument indispensable à l'étude de l'ouvrage. L'étude de la correspondance de De Felice avec des savants de plusieurs pays d'Europe éclaire aussi sa méthode.

Le Fonds national de la recherche scientifique finance alors deux séries de travaux conduits par Alain Cernuschi: sur la place de la musique dans l'ouvrage et sur le système de connaissances. En 1992, un groupe de travail pour l'étude de l'Encyclopédie se crée dans le but de coordonner les différents travaux. En 1998, en collaboration avec la famille, ce groupe constitue la Fondation De Felice dont le siège est à Yverdon. Le but est de «susciter et maintenir l'intérêt public», promouvoir la recherche, diffuser le savoir à propos de l'œuvre du

savant et de rassembler les livres et documents en relation avec l'Encyclopédie.

La Fondation peut allouer des subsides, organiser des colloques et des échanges, publier un bulletin mais surtout «entreprendre la publication de l'ensemble de l'encyclopédie d'Yverdon sur DVD-rom». Ce projet arrive à sa réalisation puisqu'un coffret paraîtra à la rentrée. Publié par Slatkine, cet objet comprendra tous les articles sur support informatique et deux volumes de planches en fac-similé.