La Fondation Leenaards va augmenter son subside à l'atelier-école Rudra de Lausanne, fondé par Maurice Béjart. C'est la décision qu'a prise hier le conseil de fondation juste avant la remise de ses prix et bourses culturels à onze artistes de l'Arc lémanique. «Rudra doit survivre à son fondateur, et nous montrons l'exemple», dit Michel Pierre Glauser, président.

Rudra est l'un des bénéficiaires des nouvelles largesses de la fondation, qui veut augmenter pendant deux ans (2008 et 2009) à raison de 25 à 30% son soutien aux institutions culturelles - un soutien qui s'élève actuellement à environ 1,5 million de francs par année. Mais on ne connaîtra pas les autres bénéficiaires: «Nous ne voulons pas créer de jalousie», s'excuse Philippe Steiner, le directeur.

Même si le domaine social reste une priorité pour Leenaards, l'aide de la fondation créée en 1980 par un couple de Belges qui a fait fortune dans la production de bouchons couronnes est capitale pour la création artistique de la région lémanique: «Nous agissons en appui au soutien des pouvoirs publics. Mais c'est souvent grâce à l'appui des mécènes que les maisons peuvent encore faire de la création», estime Michel Pierre Glauser. En dix ans, la Fondation Leenaards a distribué 25 millions de subsides pour le domaine culturel.

Etape importante de ce mécénat, la Fondation Leenaards a remis mardi comme chaque année ses prix culturels et bourses d'encouragement.

Ainsi, trois artistes confirmés ont reçu une récompense de 30000 francs pour leur contribution au rayonnement culturel des cantons de Vaud et Genève: le plasticien John M. Armleder, le photographe Mario Del Curto et le chanteur lyrique Eric Tappy.

Les boursiers, eux, reçoivent 50000 francs pour la qualité de leur dossier et pour la réalisation d'un projet précis. La volée 2007, «particulièrement riche» selon le président du jury Pierre-Alain Tâche, comprend l'artiste Ariane Epars, la violoniste Isabelle Lambelet, la flûtiste Myrthe Rozeboom, la danseuse et chorégraphe Nicole Seiler, le photographe Thomas Adank, les pianistes Mateo Creux et François-Xavier Poizat ainsi que l'écrivain-journaliste Nicolas Verdan.