Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Parc de sculptures

La Fondation Tony Cragg à Wuppertal

Un lieu marqué par l’esprit anthroposophique

Les sculptures, d’un certain volume, réclament le plein air. Surtout lorsqu’elles entretiennent des relations avec la nature, comme celles de Tony Cragg. Domicilié depuis longtemps à Wuppertal en Allemagne, l’artiste anglais y a trouvé le lieu idéal. En bordure de la ville pour y implanter un parc de sculptures.

Sur le flanc sud de la rigole où s’allonge Wuppertal et ses métastases, ce parc est formé d’une parcelle arborisée, sillonnée de cheminements serpentins et trouée d’une clairière. Où se niche une villa rappelant la fluidité et les ­décalements des œuvres de Tony Cragg. Elle a été (re)construite dans les années 1947-49 selon les principes de l’anthroposophie. Ses espaces, basés sur l’organique, sont donc en courbes et incurvations.

Coïncidence encore, elle avait été conçue pour Kurt Herberts, un fabricant de peintures laquées. Auxquelles les couleurs vives et tendues des sculptures de Cragg rendent comme un hommage. A noter que Kurt Herberts a protégé durant les années noires des artistes comme Willi Baumeister et Oskar Schlemmer. La Cragg Foundation organise des expositions temporaires, dans un pavillon vitré et… aux angles droits.

Skulpturenpark Waldfrieden – Cragg Foundation (Hirschstr. 12, Wuppertal, tél. +49 (0) 202 31 72 989, www.skulpturenpark-waldfrieden.de). Ma-di 10-18h.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps