Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Samuel Labarthe dans «La Forêt».
© PATRICK FOUQUE

fiction tv

«La Forêt», la solidité du vieux tronc

La RTS dévoile ces jours la mini-série policière de rentrée de France 2, «La Forêt». Un suspense trop classique, qui repose sur l’arrivée d’un nouveau chef de la police, un classique du genre. Samuel Labarthe assume le rôle du bougon

Le nouveau chef de police arrive et, évidemment, tout le monde est chamboulé. Dans La Forêt, série de France 2 qui devra faire mouche cette rentrée pour la chaîne publique française, et que la RTS montre déjà ces jours, on assiste à l’arrivée du patron de la cellule de gendarmerie dans une petite ville française. La gendarmette principale, que l’on découvre dès le début du premier épisode, doit accueillir le commandant qui débarque en amenant sa fillette à l’école.

Une disparition

Au même moment, une jeune fille disparaît, puis une autre, puis une troisième. Un crime a été commis, la communauté va être traumatisée. Au moment où la gendarmerie a un nouveau boss.

Dans La Forêt, Samuel Labarthe incarne le commandant Decker. Le nouveau dans la ville, donc. Il est bourru, buté, bloqué sur le règlement et les procédures, sec, et par conséquent, pas sympa. Il rembarre la fliquette qui connaît tout le monde, au nom des procédures. Il juge que le problème, la disparition d’une adolescente, peut être plus important que la simple fugue évoquée.

Quelques emprunts çà et là

La Forêt se base ainsi sur le registre classique du nouveau patron rigoureux et détesté dans la police. Au reste, la mini-série de six épisodes joue sur le registre tableau du lycée – emprunté aux Américains, surtout lorsque l’on parle des casiers – et bien sûr, aux mystères de la forêt. C’est réalisé en Belgique et donc, le parallèle avec l’excellente La Trêve est suggéré. France 2 a commandé sa grande série de la rentrée 2017 en allant la tourner dans les mêmes amples régions forestières que La Trêve.

A ce sujet: La Belgique, nouvelle terre de séries TV

Le résultat français laisse sceptique. Il y a bien le nouveau patron, une manière de revivifier ce pan classique de la fiction policière. Avec son écriture et sa réalisation rapides, accélérées par rapport aux habituelles séries françaises, La Forêt est censée offrir un nouveau grand polar. Autour du solide et bougon tronc Labarthe, on reste encore circonspect.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps