Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Des destins, anonymes ou de prestige, glorieux ou malheureux. Ce pourrait être la thématique de cette nouvelle Nuit des images, proposée samedi 24 juin par le Musée de l’Elysée.
© DR

Photographie

Foule des destins à la Nuit des images

Projections, installations et concert de Stephan Eicher samedi prochain dans les jardins de l’Elysée

Des histoires qui se croisent et se décroisent sur grand écran. Des destins, anonymes ou de prestige, glorieux ou malheureux. Ce pourrait être la thématique de cette nouvelle Nuit des images, proposée samedi 24 juin par le Musée de l’Elysée.

L’histoire, donc, de Jonathan et son père Julian, dont l’un devient adolescent et l’autre vieillard devant l’objectif tendre de Sarah Mei Herman.

Celle d’une famille inconnue et de ses clichés maladroits, dont Isabelle Monnin imagina un magnifique portrait dans le livre Les Gens dans l’enveloppe

Celles encore de la terre australienne et de ses enfants, racontées par un trio de photographes du cru.

Celles de jeunes filles anorexiques ou du compositeur George Walker, par Frank Schramm.

Cette douzaine de projections dans les jardins de l’Elysée sera accompagnée sur scène par le Polstergruppe de Stephan Eicher, des installations signées Camille Scherrer ou Clément Lambelet, un mini-Salon du livre, la remise du Prix de photographie, un spectacle de lanternes magiques ou des portraits en plein vol, façon Yves Klein.


Nuit des images, samedi 24 juin de 16h à 2h, au Musée de l’Elysée, à Lausanne.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps