«J’ai 53 ans, c’était le moment de tenter une nouvelle aventure.» C’est en ces termes que le Français Jean-Yves Marin a confirmé au Temps qu’il dirigerait les Musées d’art et d’histoire de Genève. Cet archéologue et médiéviste est actuellement directeur du Musée de Caen. Cette nomination intervient au terme d’une journée mouvementée, marquée par la conférence de presse de la Société des amis du Musée d’art et d’histoire. Celle-ci, par la voix de sa présidente Catherine Fauchier-Magnan, demande que Cäsar Menz , ex-directeur de l’institution, soit réhabilité.

Jeudi 7 mai, celui-ci quittait ses fonctions au moment où était rendu public un audit accablant sur la gestion des Musées d’art et d’histoire. Magistrat en charge de la Culture de la Ville, Patrice Mugny est la cible de vives critiques. Respectivement président d’honneur et vice-président de la Fondation pour l’agrandissement du musée, Jean-Paul Barbier Mueller et Jean Bonna ont donné leur démission, pour protester contre la mise à pied brutale de Cäsar Menz.

Est-ce pour court-circuiter la vague de protestations? Ou parce que le nom de Jean-Yves Marin circulait avec insistance dans les milieux concernés? Alors que l’annonce de la nomination du nouveau patron des Musées d’art et d’histoire de Genève était agendée fin mai, elle est intervenue aujourd’hui en fin de journée. Membre du comité chargé de choisir le successeur de Cäsar Menz, Jean Bonna déclarait ce matin: «Vu qu’aucun candidat n’avait le niveau souhaité, j’aurais aimé qu’on fasse un second tour pour aller chercher une personnalité d’envergure, comme cela s’est fait au Grand Théâtre.» Interrogé par Le Temps, Jean-Yves Marin déclare: «Je suis plutôt un marathonien, j’aime les projets à long terme. Mon ambition est de trouver des symbioses entre le regard esthétique et le savoir historique. L’audit? Je l’ai à peine lu. J’entends me faire un avis sur place, avec les personnes concernées.»