«J’ai fait tous les grands festivals, sauf celui-ci…» En ce caniculaire mois d’août 2022, François Berléand est ravi de s’arrêter à Locarno, où Last Dance est montré en première mondiale. Collé à un climatiseur électrique rafraîchissant tant bien que mal la vieille demeure où on le retrouve en milieu d’après-midi, il souligne d’emblée ô combien ce troisième long métrage de la cinéaste neuchâteloise Delphine Lehericey (Puppylove, Le Milieu de l’horizon), qui quelques jours plus tard remportera le Prix du public, lui tient à cœur.