Surplombant les pavés de la rue du Château, à Neuchâtel, une enseigne ovale attire l’œil. Sur fond noir se détache en lettres blanches «Ditesheim & Maffei Fine Art». Derrière la porte de la galerie, les gravures du Tchèque Jan Vičar habillent les murs blancs. «C’est ma 301e exposition depuis 1972», relève fièrement son fondateur, François Ditesheim.