Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Françoise Mayor.
© RTS

moi et les séries

Françoise Mayor, RTS: «Il y avait eu une manifestation à Genève pour Twin Peaks»

Responsable de la fiction produite à la RTS, Françoise Mayor se souvient de l'effet provoqué par la série de David Lynch et Mark Frost

«La série qui m’a le plus marquée, c’est certainement Twin Peaks, de David Lynch et Mark Frost. Nous étions au début des années 1990 et en Suisse romande, la série était diffusée le jeudi soir juste après Temps Présent. A la fin de la diffusion, un petit groupe de fans était venu manifester aux portes de la tour de la TV, pour exiger une saison supplémentaire! La série m’a littéralement envoûtée: l’intrigue, les personnages, les comédiens, l’image… Et la musique.

Mais dans mon panthéon, je dois aussi ajouter Minuit, le soir, une série écrite par Pierre-Yves Bernard et Claude Legault et réalisée par le fameux Podz (Daniel Grou), que nos confrères de Radio Canada nous avaient montrée lors d’une rencontre autour de la série francophone. Un vrai choc, là aussi. Pour des raisons à la fois esthétiques et narratives, pour le courage du service public québecois. C’est sans doute une des premières séries dont les héros sont issus du monde de la nuit, trois hommes de l’ombre vivant d’une certaine manière en marge de notre société.

Et comment ne pas citer La meglio gioventù, (Nos meilleures années), une réalisation de Marco Tullio Giordana, sur un scénario de Sandro Petraglia et Stefano Rulli? Une minisérie qui raconte l’histoire d’une famille italienne entre les années 1960 et les années 1980 et, à travers elle, toute l’histoire contemporaine de l’Italie. La production de la série, comme d’ailleurs son exploitation, a été un feuilleton à part entière. Si ma mémoire est bonne, en Suisse romande, elle est uniquement sortie au cinéma, bien qu’il s’agisse d’une production de télévision. Nos meilleures années est portée par des personnages extraordinaires, pris dans la grande histoire de leur pays, l’Italie, un peu à la manière de The Americans ou This is Us, dans un registre plus américain et plus contemporain et extrêmement réussis à mes yeux, par la force de la caractérisation. Tout comme l’incroyable Halt and Catch Fire la série créée par Christopher Cantwell et Christopher C. Rogers qui nous replonge dans les débuts de l’informatique. Un vrai bijou… addictif au possible.»


Lire aussi

Les 50 meilleures séries TV de tous les temps.

Frédéric Mermoud: «The Handmaid's Tale, si marquante».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a