Un féminisme décolonial, de la politologue française Françoise Vergès, s’ouvre avec le récit de la grève des employées de la société de nettoyage Onet, sous-traitant de la SNCF. Fin 2017, ces femmes au statut précaire se sont battues pour leur dignité au travail et, au terme de quarante-cinq jours de mobilisation, ont obtenu gain de cause. Comme des millions d’autres femmes, tôt le matin ou tard le soir, elles «nettoient le monde».