On l’attendait avec impatience. Le troisième volet de la trilogie de Frédéric Paulin consacrée à la montée du terrorisme vient de paraître chez Agullo. Situé entre 2010 et 2015, La Fabrique de la terreur nous emmène de la Tunisie du Printemps arabe aux attentats parisiens de 2015 en passant par Lunel près de Montpellier, la frontière libyenne et Raqqa, en Syrie.

On y retrouve le sagace Tedj Benlazar, l’agent de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) qui, devenu retraité, cède désormais sa place sur le terrain à sa compagne Laureline Fell, commissaire divisionnaire à la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), et à sa fille Vanessa, journaliste d’investigation. L’occasion, pour le lecteur, de considérer d’un autre œil des événements qui sont encore dans toutes les mémoires tout en savourant la dimension romanesque d’un livre qui mêle avec talent réalité et fiction et sait évoquer le pire sans jamais s’y complaire.