Musique

Fribourg inaugure un studio d’enregistrement grand public

Le 15 décembre prochain s’ouvre à Fribourg la Playroom, le premier espace d’enregistrement en open space dédié à la musique électronique en Suisse

Une salle entièrement dévolue aux instruments de musique électronique. Synthétiseurs, orgues ou encore boîte à rythmes, la Playroom réunit aussi bien pièces vintage que contemporaines et offre aux mélomanes comme aux néophytes la possibilité de jouir d’une large gamme d’instruments, d’y jouer mais aussi d’en apprendre le fonctionnement. C’est au cœur de la BlueFactory, le quartier d’innovation de Fribourg, que ce premier espace d’enregistrement grand public ouvrira ses portes le 15 décembre prochain.

Lire aussi: La musique sans fil, ou le concert de la nature avec du bruit

Au sein d’un garage désaffecté, découpée en deux parties, la Playroom offrira la possibilité de venir enregistrer et d’assister à des concerts. La salle comprend aussi un écran géant afin d’accueillir workshops et autres conférences. L’initiative inédite et ambitieuse a pu voir le jour grâce à une campagne de crowdfunding lancée en septembre dernier par le collectif du Swiss Museum & Center for Electronic Music Instruments (SMEM). «L’idée principale de ce lieu était de donner accès aux instruments de la collection, certains valent des dizaines de milliers de francs», assure Vincent Borcard, coordinateur de la collection du musée qui viendra alimenter la Playroom.

Lire également: Alain Gillièron: un artisan 2.0

La renaissance d’une immense collection

Si le lieu se présente avant tout comme un espace interactif, il contribue également à faire revivre le patrimoine du SMEM. Le musée dispose de plus de 5000 pièces, toutes léguées par Klemens Trenkle, collectionneur passionné. «Le problème est que l’on vit dans une époque où les gens jettent tout, alors que ces objets représentent notre culture, explique-t-il. Faire don de cette collection était pour moi la seule possibilité de la mettre à disposition du public.»

Un projet à pérenniser

Si la salle se révèle d’une superficie assez modeste, Vincent Borcard entend bien la faire évoluer. «Ce lieu n’est pas aussi grand que ce qu’on aurait aimé. Mais il s’agit en réalité d’un espace temporaire: nous avons l’objectif, d’ici deux à trois ans, d’ouvrir un centre permanent avec des activités différentes.

Publicité