Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
The Brian Jonestown Massacre.
© Bradley Garner ©

Musique

Fromage fondu, fendant et rock’n’roll

A l’enseigne des Rocklette qu’il organise dans le val de Bagnes, le PALP Festival accueille mercredi après-midi les Français de The Limiñanas et les Américains de The Brian Jonestown Massacre

Après les Electroclette, qui se sont exportées en début d’année à Séoul à l’occasion des Jeux olympiques de Pyeongchang, le PALP Festival est en train de voir s’imposer les Rocklette. Le concept est le même, on y déguste des raclettes en musique, seul le genre musical change. Mercredi, la dernière des cinq Rocklette 2018 s’offre en outre une belle tête d’affiche avec la venue de The Brian Jonestown Massacre, groupe phare de la scène alternative américaine, fondé au début des années 1990 à San Francisco par Anton Newcombe, auteur depuis d’une bonne vingtaine d’albums.

Lire aussi: Le PALP Festival, une 8ème édition entre vertige et régal

La première Rocklette a été organisée il y a trois ans. Pour inaugurer ce nouveau projet, le PALP – qui essaime son concept de manifestation pluridisciplinaire et hors cadre dans tout le canton du Valais jusqu’à début septembre – avait convié les Young Gods, gloires romandes de la scène industrielle. L’an dernier, ce sont quatre Rocklette qui ont été organisées, tandis que cet été, c’est carrément sur cinq jours que s’étale ce mini-festival dans le festival, qui se tient depuis samedi dans différents lieux du val de Bagnes.

Lire également: Le PALP Festival ou l’art de faire vivre les carnotsets autrement

Lorsqu’on appelle Sébastien Olesen pour en parler, on entend derrière lui les Japonais de Bo Ningen, qui se produisaient lundi après-midi sous tente, à Bruson, des orages rendant impossible la tenue de cette troisième Rocklette 2018 à la cabane Brunet, comme initialement prévu. Ce qui n’entame en rien l’enthousiasme du directeur: «Depuis samedi, on a en moyenne 700-800 personnes, sans grande tête d’affiche. La preuve que les gens viennent autant pour l’expérience que pour la musique.» Ce mardi, ce sont les Américains de Earthless et les Suédois de Graveyard qui sont attendus à l’alpage des Planards.

Le concert de The Brian Jonestown Massacre pourrait bien en revanche attirer jusqu’à 1500-2000 personnes, estime le Valaisan, qui voit là une limite supérieure à ne pas franchir afin de ne pas dénaturer le concept, qui se veut festif et bon enfant, sans barrières ni Securitas. Cette ultime Rocklette a lieu au barrage de Mauvoisin. Programmé à 15h30, le gang mené par Anton Newcombe sera précédé, à 13h, par The Limiñanas, duo garage-rock fondé dans les Pyrénées-Orientales par Marie et Lionel Limiñanas, et dont le dernier album, Shadow People, a été produit par… le leader du Brian Jonestown Massacre.

Programmer des groupes en pleine journée n’est pas un problème, explique Sébastien Olesen, si ce n’est qu’il faut faire en sorte que les artistes arrivent la veille. Souvent, ceux-ci profitent de l’invitation pour faire une pause dans leur marathon festivalier, et s’arrêtent volontiers deux-trois nuits. «Ils nous disent vivre un vrai moment de bonheur et de détente, et généralement ils finissent au bar à manger des raclettes avec les spectateurs…»

La réputation croissante du PALP auprès des agents fait que Sébastien Olesen, et son équipe de programmation, reçoit dorénavant des propositions directes de groupes souhaitant ajouter les Alpes valaisannes à leur planning. Pour convaincre l’équipe de The Brian Jonestown Massacre, le directeur du PALP a sorti le grand jeu en vantant le barrage de Mauvoisin et en soulignant que le groupe allait se produire au cœur d’une installation de land art. Les Américains devraient trouver là un écrin à la hauteur de leur musique, formidable fusion de rock psychédélique et de shoegaze.


Rocklette, PALP Festival, mardi 14 août à l’alpage Les Planards (Earthless à 14h, Graveyard à 16h30) et mercredi 15 au barrage de Mauvoisin (The Limiñanas à 13h, The Brian Jonestown Massacre à 15h30).

Cinquante vélos électriques sont mis à disposition au départ des télécabines du Châble. Réservation obligatoire (info@altis.swiss).

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a