Wow! Après avoir essuyé ses larmes (de rire), il faut quelque temps pour se remettre du 11e opus de Quentin Dupieux. Même le réel a soudain l’air différent, absurde et potentiellement très marrant. En général, c’est la preuve d’un grand film. Quoi, cette petite comédie de rien du tout, tournée avec un budget ridicule dans un coin de nature et tout plein d’acteurs connus qui passaient par là? Mais pour qui a suivi l’irrésistible ascension de Mr. Oizo au firmament du 7e art, cela n’est plus aussi impensable. Après tout, le fameux bidouilleur électro, improbable auteur des géniaux Rubber (2010) et Le Daim (2019), a déjà revivifié à lui seul l’humour français. Pour qui ne le connaîtrait pas encore, c’est le moment ou jamais de se confronter à son imagination délirante, qui fait tant de bien à nos zygomatiques.