faut voir

Fumer tue. Et alors?

Un joli cow-boy au teint hâlé face à un vieux poumon noirci. Un dromadaire et trois palmiers contre un couple contraint à l’abstinence. Un indien pacifiste à côté d’un fœtus mal en point ou d’un orteil de cadavre. En terme d’image, évidemment, le choix est vite fait. Les premiers, pour autant, ne me feront pas acheter les paquets de clopes sur lesquels ils sont collés parce que je les trouve agréables à regarder. Les seconds ne me feront pas renoncer au tabac au prétexte qu’ils sont laids et anxiogènes.

Après l’Australie, la France pourrait adopter le «paquet neutre», soit une boîte de cigarettes de couleur unique, sans logo, garnie de ces fameux clichés chocs. La mesure est censée priver les géants du tabac de leur force de marketing, et préserver par là même les organes respiratoires des jeunes générations. Les buralistes se disent effondrés, l’industrie prête à saisir la justice au nom d’une spoliation de la propriété intellectuelle. En Australie, où le concept existe depuis décembre 2012, son efficacité fait débat. Si Philip Morris assure que les habitants ont davantage fumé en 2013 qu’en 2012, le nombre de fumeurs a bien diminué – mais précisons que le prix du paquet augmente chaque année de 12,5%. La contrebande, elle, aurait explosé.

Bref, les fumeurs savent depuis belle lurette que fumer c’est mal et que ça tue. Les adolescents sont trop intelligents et noyés d’images en tous genres pour se jeter sur un paquet au seul motif que celui-ci dispose d’un joli logo. Mais ils sont peut-être assez rebelles pour préférer un paquet neutre et bardé d’avertissements à une vapoteuse devenue so conventionnelle.